Red Universe

Red Universe

La plus grande saga intergalactique jamais racontée en podcast

raoulito

Des réfugiés vont découvrir les secrets enfouis sous des années d’oublis et de honte. Confrontés à des choix et des conflits sur leur modèle de société, ils avanceront vers leur but ultime, là où se concentrent leurs espoirs : la planète rouge. Chapitres entiers http://reduniverse-chapitres.podcloud.fr Chapitres spéciaux http://reduniverse-speciaux.podcloud.fr Et pour plus d’immersion, les livres illustrés http://reduniverse.fr/livres-numeriques/

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep10

episode048.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le Sénéchal poussa un cri de rage devant le carnage dans ses rangs. Donnant un violent coup de poing qui tordit l’extrémité en acier de son accoudoir, il hurla “Lancez les chasseurs contre les tourelles, vite! Que les vaisseaux soutiennent l’attaque avec leurs armements légers !”

Il ignorait que les Transporteurs possédaient une telle force de tir, pire: il ignorait qu’il existait des commandant de vaisseaux aussi fous que des pirates, capable de déclencher une bataille en pleine Transition!

“Mais, Sénéchal?! Les chasseurs risquent de ne pas supporter les changements de synchronisation!” Lança un suppléant bien naïf à l’adresse du Commandant. Celui-ci sauta directement de son poste jusqu’à l’opérateur, le souleva d’une main, planta son célèbre couteau en dents de scie dans le ventre de l’infortuné, puis remonta d’un coup sec pour finir par le jeter à terre au loin, dans un coin de la passerelle, le laissant agoniser dans son sang sans un regard. Puis il se tourna vers les autres opérateurs, les yeux fous: “ Faites décoller les chasseurs.. s’il vous plait..”

Chaque petit croiseur comptait cinq chasseurs légers dans ses flancs. Le problème des pilotes une fois largués, était de surtout ne pas sortir d’une zone de synchronisation d’un vaisseau, quel qu’il soit, car cela signifiait être immédiatement happé dans une autre dimension avec le risque (au mieux) d’une mort rapide.

Certains jugèrent mal les zones de fusion de synchronisations entre les croiseurs et le Transporteur et disparurent, d’autres mal coordonnés, se percutèrent en tentant d’évoluer dans un espace si restreint.

Le combat se poursuivait pourtant..

Les vaisseaux d’abordage ouvrirent le feu en soutient contre les tourelles de défenses, tout en se rapprochant de la coque de leur proie sous des angles morts, ce qui permit à la moitié des chasseurs d’entrer dans la zone synchronisée du Transporteur avec toute facilité pour poursuivre le travail de destruction des tourelles. Mais ils trouvèrent en face d’eux les cinq chasseurs lourds de combat du Transporteur, avec des pilotes n’ayant rien à perdre.  Un combat épique en rase-motte tout autour du Transporteur débuta, tous ces chasseurs slalomants entre les DCA dans un espace clôt en se tirant dessus.

Pendant ce temps, Basavetch donnait déjà ses ordres pour repousser les troupes d’abordage car il savait bien que les pirates ne s’arrêteraient pas là. Ses opérateurs déterminaient les probabilité des zones d’arrivée des passerelles, donnant les ordres aux soldats et aux policiers pour se préparer au mieux.

De nombreux volontaires parmi les passagers s’étaient présentés pour soutenir les barricades et tous les efforts, même désespérés étaient les bienvenues.

En son fort intérieur, le Baron ne voyait aucune issue à cette bataille, car ils devaient faire face à des professionnels de la guerre, maitrisant toutes les subtilités de la bataille en huit-clos! En abordant de plusieurs endroits, ils allaient se précipiter vers les salles des machines, pour maitriser le compresseur trans-dimensionnel et forcer un retour de Transition à un autre endroit que prévu, où attendaient certainement de très nombreuses autres troupes. Puis ce serait un jeu de massacre, de viol, de servitude ou de rançons pour les plus chanceux.

Dehors, Basavetch voyait ses courageux pilotes se battre à cinq contre un, sur des appareils plus puissants et plus résistants, certes, mais moins manœuvrables sur de petits espaces comme ceux du champs de distorsion. Un à un il les voyait exploser, se cracher sur la coque, ouvrant d’autres brèches tandis que les tourelles se taisaient de plus en plus, réduites au silence par les tirs ennemis.

“ Préparez-vous, ils vont aborder” Lança-t-il, sortant d’un compartiment de son siège son fleuret gravé aux armoiries familiales qu’il passa à la ceinture, puis vérifia le chargeur de son révolver.

“ Prévenez tout le monde que les pirates ne feront pas de prisonniers, et qu’une lutte à mort va s’engager! Que chacun tue un maximum de ces parasites!”

Sortant le fleuret de son fourreau il regarda la lame, pensif, récitant quelques lignes d’un poète de sa région natale:

Par le sang et la gloire, nous forgeons un peuple, que la peur frappe nos ennemis: L’heure des Hommes est venue!

Déjà il entendait les longs tubes des passerelles d’abordage perforer la coque en plusieurs endroits, faisant frissonner son vaisseau de sons lugubres de métal enfoncé.

Le dernier chasseur explosa proche de la salle de commandement tandis que la radio interne renvoyait les premiers échanges de tirs dans les couloirs de son vaisseau.

Post
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep9

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Du haut de sa passerelle, Petrovatch le pirate, “Le Sénéchal” comme il aimait à se faire appeler, regardait les opérations se dérouler. Son vaisseau était placé en arrière du transporteur, légèrement au dessus, un très bon poste d’observation qui englobait toute la scène.

“ Donnez l’ordre de passer à l’abordage, que les passerelles d’attaque soient lancées!”

Il rugissait de fierté et d’orgueil. Ce grand chef pirate, dans la force de l’âge, possédait un corps taillé tout en muscle et il dominait d’une tête même les plus grand marins. Son épaisse moustache rousse et sa cicatrice à la joue étaient devenues légendaire après qu’il ait lui-même tué en combat singulier une autre légende de la piraterie.

Sans le savoir, il attaquait une sorte de compatriote car Petrovatch et Basavetch provenaient de la même région de MaterOne, celle des steppes neigeuses et des hommes rudes.

Le Sénéchal, comme Basavetch, se faisait respecter, et même craindre, de ses hommes, mais il savait les arroser d’or pour attiser leur allégeance et récompenser leur bravoure de temps en temps: souffler le chaud et le froid pour obtenir la fidélité, un vieux système de commandement qui fonctionne depuis l’aube de l’humanité!

Le transporteur vibrait sous ses yeux, la synchronisation n’étant pas parfaite un peu comme une télévision qui reçoit mal son signal, mais le chef pirate savait depuis longtemps en faire abstraction, comme tout pirate rompu à l’exercice.

Les premiers vaisseaux se rapprochaient de la coque de leur proie, prudemment car il ne convenait pas d’abimer un tel trésor, et certainement pas sous les yeux d’un homme comme le Sénéchal!

Pendant ce temps, Basavetch s’était réinstallé sur son fauteuil de commandement et toute son équipe l’assistait dans un bal de rapports, d’ordres et de contre-ordre. Il n’en revenait pas de l’intrépidité de ces être nuisibles qu’étaient les pirates de l’espace, et il se rendait compte que JFHill et ses amis ne s’étaient pas trompés en mettant en garde le conseil des commandants à leurs sujet!

Mais le Baron n’était pas homme à se laisser faire, et si ces pirates voulaient son transporteur, ils allaient devoir le payer cher!

Déjà ses forces de sécurités étaient placées à tous les carrefours centraux du transporteur, solidement retranchés tandis que des afflux de civils se pressaient auprès de zone qu’on disait “sures”.

En cas d’abordage aucune zone n’est sure mais au moins ils ne traineront pas dans les couloirs durant les combats.

De plus Basavetch savait ce que les pirates attendaient de lui, donc il allait leur offrir une petite surprise.

“Chef, il nous manque encore une petite dizaine de mètres et nous pourront tirer!” hurla le responsable de passerelle d’assaut d’un des vaisseaux d’abordage.

Son chef était un homme valeureux, dont la bravoure était reconnue et qui avait la sympathie du Sénéchal.

“ Timonier, encore 10 mètres, tout en douceur, soyez prudent, il est hors de question de percuter un Transporteur de cette taille en pleine Transition, d’accord fiston?

-Oui chef! En douceur..” répondit le timonier.

Le chef était inquiet, son sixième sens lui disait qu’ils allaient vers un gros problème mais il ne devinait pas quoi. Regardant par un hublot il voyait le Transporteur, immense, se rapprocher tandis que les deux champs trans-dimensionnels fusionnaient permettant aux passerelles de créer un lien entre les deux vaisseaux.

D’un oeil il regarda les membres de la première vague d’assaut, tous des vétérans, le regard sombre, prêt à en découdre.Cela le rassura un peu: une fois lâchés ces chiens de guerre ne feraient pas de quartiers.

Il retourna son regard vers le Transporteur, et aperçu un élément intriguant: un des panneaux pivotait, ouvrant un espace noir d’où sortait un…

Basavetch se leva d’un coup:”FEU A TOUTES LES BATTERIES”

Et d’une douzaine d’endroits, des mitrailleuses multiples à double canons de charge crachèrent la mort autour d’elles.

Trois des vaisseaux d’abordage, touchés gravement, perdirent contrôle et s’éloignèrent du Transporteur pour exploser, leurs débris entrainèrent de grave dégât à d’autres vaisseaux d’abordage de la seconde vague, un dernier perdant contrôle de sa direction percuta le transporteur, entamant une brèche qui entraina l’isolement étanche de toute une section. Puis projeté en arrière il perdit sa synchronisation et disparu dans les limbes d’une autre dimension.

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep8

episode046.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le transporteur n°2 se déplaçait le long du tunnel du multi-Espace. Un observateur extérieur n’aurait pas vraiment pu distinguer nettement le vaisseau, car celui-ci semblait se dédoubler ou se tripler parfois. Évidement vu de l’intérieur, en fait pour toute personne ou élément synchronisé sur sa zone de déplacement trans-dimensionnel, aucun problème majeur ne transparaissait, au pire quelques micro-ondes mal réglés congelaient leurs contenu plutôt que de les réchauffer..
L’état de transition est un moment porteur de magie pour les marins de l’espace, empli de légendes et de racontars remontant jusqu’aux débuts de l’ère multi-spatiale, à une époque encore plus ancienne que la royauté de MaterOne… On murmure à voix basse l’étrange histoire de ce cargo qui, suite à une panne de compresseur multispatial, aurait dérivé dans un univers empli de formes anodines et translucides, reproduisant des objets usuels mais cherchant visiblement à étudier ces si étranges arrivants. En fait personne ne peut certifier que cela a jamais existé, mais c’est le propre des légendes, n’est-ce pas..?

Le Commandant Basavetch, “Baron Basavetch” comme il était coutume de l’appeler avant la révolution Castiks, se servait un thé, en suivant de son siège de commande les traces lumineuses évoluantes sur la coque de son vaisseau, reflets du passage des dimensions sur l’engin.
Au pied de son promontoire se situait la batterie d’ordinateurs et d’opérateurs de toutes sortes qui devaient veiller au bon déroulement de la transition. Basavetch regarda quelques secondes les diodes clignotantes sur les consoles des calculateurs. Toute transition multi-spatiale est faite de milliards d’erreurs dimensionnelles chaque  seconde, qui sont corrigées tout aussi régulièrement dans une sorte de jeux de chat et de souris. L’objectif étant de franchir des dimension plutôt que des années lumières. Sans ces petites diodes, pensa-t-il, le drame était quasiment certain comme cela fût si souvent le cas dans l’ère des voyages de transition: si le vaisseau s’arrêtait au hasard d’une dimension, qui ne serait pas celle d’origine, il pouvait se retrouver dans un espace ou les lois de la gravitation seraient inversées, où alors un espace empli d’une pression infinie en tous endroits, ou alors un lieu sinistre formé uniquement de trous noirs.
Il pensa soudain à un non-univers d’antimatière.. Et réprima un frisson.
Quoiqu’il en soit, un voyage de plusieurs années-lumières se déroule généralement en une dizaine d’heure par ce biais, et cela compense évidement tous les risques, surtout que de nos jours les accidents se font plus rares..
Rares mais pas inexistants.

Le Baron se leva brusquement entamant un tour de la grande passerelle du Transporteur, jaugeant de l’assiduité de ses opérateurs, examinant la netteté douteuse d’un cadrant. Il était courant que l’état de transition, de par son inertie, au moins pour les marins, entraine une période de rêverie propre à l’assoupissement, au laisser-aller, à la philosophie ou à une simple volonté de se divertir.
Mais de par son origine noble et la culture de son peuple, Basavetch ne permettait pas ce laisser-aller et il faisait régner une discipline stricte aux troupes sous son commandement.
De nombreux moniteurs étaient éteints ou en révision, car de par sa nature trans-dimensionnelle, la transition interdisait toute activité radar utile. Les rayonnements se perdaient immédiatement dans un autre univers. D’autant que là encore, la transition avait cette particularité d’empêcher tout risque extérieur, vu qu’il aurait tout d’abord fallu se synchroniser avec un vaisseau évoluant plusieurs milliards de fois chaque seconde.
Certes, il était possible d’utiliser une “non-balise” sorte d’objet référence qui garde une logique d’espace-temps vers l’univers d’origine, un peu comme un périscope de sous-marin sort de l’eau et signale un sous-marin au dessous. Si cette balise émettait quelques informations supplémentaire, il était possible de se synchroniser à un vaisseau sous Transition et même de l’aborder, mais c’était quand même une opération extrêmement risquée!!
Basavetch se demandait justement si une balise de ce type pouvait avoir été embarquée sur la station “Maman-Lolo”….

…Lorsqu’une vingtaine de petits croiseurs se matérialisèrent tout autour de son Transporteur.

Il écarquilla les yeux, et ne trouva pas autre chose à dire que “Quoi? Ils attaquent déjà?”

Post
En cours de lecture

Du retard, du retard, du retard….

Petit maladie impromptue, désolé pour cette semaine mais je vous donne rendez-vous Dimanche Prochain, pour, espérons-le, de nouvelles Red-Aventures 😉Migraine...

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep7

episode045.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le petit patrouilleur de “Choupa la pirate” dérivait lentement depuis maintenant une heure au milieu de nul part, feux éteints, tous ses sens en éveil. Les trois hommes d’équipage restaient silencieux tandis que Choupa patientait selon la procédure d’approche de sa base secrète, procédure qu’elle avait elle-même rédigée: une heure en dérive passive pour repérer tout suiveur éventuel.

Puis elle ouvrit les yeux:
“Allons-y, il est l’heure”Les réacteurs du vaisseau s’allumèrent en douceur tandis que d’une torsion des manettes, le pilote faisait faire un quart de tour à tribord au vaisseau. Quelques minutes plus tard une masse sombre, énorme, grossie  sur l’écran de contrôle et, par la vitre du hublot central, on pouvait apercevoir un astéroïde solitaire se découper sur la lueur incertaine d’un soleil éloigné.
Répondant à un signal lumineux, un des petit cratères s’ouvrit sur un hangar d’appontage bien illuminé ou prenaient places plusieurs hommes et femmes. Le cratère se referma sur le vaisseau une fois passé, ne révélant aucune trace d’une quelconque activité humaine.

Une fois le vaisseau arrimé, le sas de son patrouilleur s’ouvrit et Choupa traversa la passerelle devant ses techniciens alignés de manière réglementaire
“ Capitaine à bord! Gaaarde à vous!”
Esquissant un salut, elle entra dans une coursive reliant le pont central et le centre de commandement.

Il existe des endroits maudits où même la meilleure volonté de l’homme ne peut suffire à survivre. Elle en avait fait l’amère expérience bien plus jeune, sur le navire pirate de son père, grand chercheur de nouvelles proies et de nouvelles richesses qui s’était aventuré dans une zone au-delà de la passe de Majellone, un lieu dont on ne prononce pas le nom: Le Cercle de Khabit!

Dans une capsule, avec quelques survivants, elle avait échoué par ici après avoir traversé les tourments de la Passe, qui avaient endommagé définitivement leur frêle embarcation.
Cet astéroïde était alors apparu sous leurs yeux: solitaire, miraculeux.. Et surtout abandonné par des équipes de mineurs de Lithium qui en avait fait du gruyère, laissant un labyrinthe de galeries emplies d’équipements plus ou moins fonctionnels, de lieux aménagés et même de quelques vivres!

“Bienvenue chez vous, Madâme, les nouvelles sont mauvaises j’en ai peur!”
Un vieil homme se tenait devant l’entrée de la salle de commandement, à quelques mètres du Cadran Sidéral d’où les pirates espionnaient les routes de Univers connu..

“ Merci Karl, dite moi donc, mon vieil ami, quelles sont donc ces nouvelles si déplaisantes?” Répondit la pirate, poursuivant sa route vers le Cadran.
-Notre action sur la station Maman-Lolo a entrainé des remous dans la communauté pirate. Plusieurs capitaines crient déjà à la trahison sans avoir de preuve et même si personne ne peut encore faire le rapprochement avec nous, j’ai peur qu’un jour l’information ne remonte..
Ils ne le sauront jamais! Et puis nous nous attendions à cela, c’était déjà calculé, et les risques assumés! Cela n’est rien comparé à l’Exode et à ce que nous pourrions en tirer!
Justement Madâme, il y a autre chose..”

Karl fît une pause, il connaissait bien son capitaine: il avait fait partie de la capsule de sauvetage, son père – le grand capitaine “Iphis aux yeux noirs”- lui avait personnellement confié sa fille, avant de refermer lui-même le sas de secours pour partager les dernières minutes du vaisseau avec quelques fidèles encore vivants!
Choupa stoppa net sa marche, Karl était comme un second père pour elle et ils partageaient des signaux, des mimes et des méthodes qui leurs permettaient de communiquer plus efficacement. Et là elle sentit que la véritable information allait suivre:
“ Et bien je t’écoute Karl, qu’y a-t-il d’autre?”
Elle s’était retournée vers lui, pointant son regard de feu vers le vieil homme..
“Le Sénéchal Petrovach a décidé, sous l’impulsion semble-t-il d’une grande colère suite à l’arrestation de ses hommes sur la station, de procéder à une attaque immédiate du convoi.
Ce fou de Petrovach risque de tout gâcher! Quelles sont ses intentions? Grinça la capitaine pirate entre ses dents.
Une attaque ciblée sur un des transporteurs, avec toute sa flotte et pendant la transition Multispace, Madâme.
Mais c’est extrêmement risqué! Se synchroniser avec un vaisseau en transition est quasiment impossible sauf..
Oui Madâme il semble bien qu’il ait lui aussi réussi à placer une balise sur un Transporteur, ou pire: qu’il ait détecté la notre et l’utilise, ce qui ruinerait nos plans.”

Choupa rugit en faisant demi-tour!
“Préparez deux chasseurs, nous partons tout de suite! “

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep6

episode044.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le grand départ arrivait enfin!! A l’intérieur des transporteurs tout le monde était à son poste, ceux qui en avaient un, les passagers sans fonction se trouvaient réunis dans les grands halls centraux des vaisseaux, encadrés par des multitudes de baies vitrées sans les habituelles protections, relevées pour l’occasion!

Azala se tenait également devant une vitre, celle de son hublot qui, hasard ou destin, offrait un clair de terre de MaterOne comme ultime spectacle. Elle pouvait apprécier les feux d’artifices que les chasseurs laissaient dans leurs sillages, virevoltants autour des sept Transporteurs auréolés de centaines de vaisseaux multicolores spectateurs de cet événement unique…
Benkana de son coté, ne prêtait pas beaucoup d’attention au spectacle extérieur, bien trop occupée à donner les ordres pour les dernières manoeuvres. Elle tenait dans sa main droite le trousseau des clefs du compresseur multispatial. Ce mécanisme incontournable des voyages spatiaux mettait plusieurs minutes à chauffer et consommait la majeure partie de l’énergie nécessaire à toute transition. Donc on ne l’allumait que peu de temps avant le départ.
Momumba enfichait déjà sa clef dans l’orifice prévu activant toute la machinerie interne au compresseur de son Transporteur: il allait partir en troisième position et il voulait être ponctuel!
Phil confirma à la radio que le checkup pré-transition ne reportait aucune anomalie, et donna le feu vert concernant les parties du vaisseau sous sa responsabilité. En raccrochant le combiné il ne pût s’empêcher de penser que dans une ou deux minutes, il allait partir de sa planète natale pour ne plus jamais y revenir.

Sur la station “Maman-Lolo”, plusieurs hauts représentants du gouvernement Castiks était présents pour assister officiellement au départ de l’Exode. Parmi ces fonctionnaires et autres hommes politiques se trouvait un membre du conseil de sécurité de la planète, surnomme « Monsieur Heir ». Cet homme avait participé au régime royaliste puis au régime Castiks et était un des prétendant au poste de chancelier suprême qui allait bientôt être créé sur la planète..

Relayé par tous les hauts-parleurs de la station, des transporteurs et de Maman-Lolo, il entonna, suivant quelques mots de circonstance, un vieil hymne de MaterOne, quelque chose d’ancien datant des origines, empli de sonorités incongrues mais que tous connaissaient parfaitement. L’idée de ce chant d’adieu fit merveille car tous les habitants de MaterOne, quel que soit leur âge, se reconnaissaient en lui et se mirent à chanter en coeur.

Si le vide spatial ne l’avait pas empêché, le murmure de millions, peut-être même de milliards de voix se serait élevé dans l’espace.

Jfhill récitait le texte avec entrain, les larmes aux yeux, submergé par l’émotion qui étreignait le cœur d’un Exodé. Le Général Décembre était au garde à vous dans le centre de commandement, entouré de ses officiers et de tous les hommes et femmes y travaillant.
Au fond d’une coursive obscure, Fabio Ouli, habillé tel un mécanicien, fermait les yeux en s’imprégnant de cet air si porteur de légende et d’histoire. Il y avait toujours été sensible mais maintenant que ses facultés de Mental avaient décuplées, il ressentait profondément ce chant, comme si son esprit tentait de se souvenir d’une vie qu’il n’aurait pas vécu mais dont ce chant serait le porteur.
Étrange sensation.

Phil entendit certains cliquetis annonçant le préchauffage du compresseur, l’instant de la transition approchait, et il tendit la main pour serrer celle d’Adenor sa voisine et amante, imité par de nombreux ouvriers de son équipe se rapprochant les uns des autres: personne ne voulait être seul dans ce moment.
Puis la clameur s’estompa, telle la lueur d’une bougie en fin de cycle, les derniers échos s’échappant doucement des dernières lèvres.

Décembre vit la lumière rouge s’allumer, son Transporteur était prêt pour la Transition.
Un moment d’hésitation, une dernière inspiration, et si..?

Mais déjà commençait à rugir dans les haut-parleurs un nouvel air, le nouvel hymne planétaire Castiks pour le nouvel ordre du même nom. Il avait été décidé de le rendre officiel au départ de l’Exode, un dernier message adressé par le nouveau pouvoir aux anciens habitants qui partaient: désormais leur monde n’était plus!

Les nerfs d’Azala cédèrent sous ce dernier affront.

Jfhill rugit, écrasant son poing sur une table.

Benkana fit la grimace.

Monsieur Heir sourit.

Et Décembre appuya sur le bouton rouge, rapidement imité par les autres, engouffrant la flotte dans sa première Transition vers le multi Space..

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep5

episode043.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

JfHill déambulait entre les tables débordantes de nourritures et d’apéritifs, suivant, d’un air dégouté, une grosse dame, engoncée tel un pourceau dans une robe trop serrée, s’empiffrant d’un “homard tacheté” des iles de MaterOne.
Lui-même ne se contentait que de quelques fruits  – difficilement- trouvés dans un panier bordant une table et tout ce gaspillage de nourriture le révoltait! Lui, le révolutionnaire ascétique bourreau de travail qui avait vécu tant d’années de clandestinités dans la montagne en ne mangeant parfois que des racines..!!
Ce qui le décevait le plus c’était de voir un tel nombre de personnalités, qu’il avait parfois connu, se comporter comme les nobles corrompus et boulimiques de l’ancien régime. Si certains officiers ou intellectuels faisaient montre de retenue, tel n’était pas le cas de la majorité, et il avait même reconnu certains combattants de la révolution boire ensembles, directement au goulot, un magnum de Blogrilla les mains sous la jupe d’une même femme…

Quelques fumeurs s’étaient regroupés auprès d’une esquisse de salon monté à la hâte dans un coin de hangar, et JFHill se dit que les drogués du cigare valaient au moins aussi bien que ceux de la débauche!
S’installant dans un canapé, il se roula avec dextérité une de ses cigarettes fétiches, emplie de tabac à pipe et de chichua, une herbe chamanique que l’on trouvait dans les montagnes où il avait fait de la résistance.. Il claqua une allumette contre son talon, sous l’oeil amusé de quelques voisin, et aspira la douce fumée calmante, laissant le charme agir..

Il se sentait bien seul..
Benkana avait tenu à raccompagner la princesse Azala à son transporteur et Arlington avait prétexté quelque avarie de voilure pour ne pas assister à la cérémonie.

Pas bête le coup des avaries de voilure, il aurait dû y penser lui-même..

“Mais c’est de la sorcellerie! Comment pouvez-vous gagner à chaque partie quel que soit votre challenger?!”
Une voix forte le sorti de sa torpeur, il se retourna sur sa droite et vit de dos un inconnu se lever d’une table. Sous cet angle de vue il ne pouvait ni deviner le jeu, ni reconnaitre l’adversaire..
“Non personne ne pourra vous battre! Vous êtes bien trop fort Colonel Sterling Price!” Et sur ces mots, l’homme poussa sa chaise et s’éloigna en grognant, libérant les regards des deux colonels qui se retrouvèrent, l’un et l’autre, face à face.

Le temps suspendit son vol, et les convives autour d’eux semblèrent se mouvoir au ralenti, tels de vieux films à la bobine usée..
Sterling Price et lui savaient tous deux que ce moment devrait arriver tôt ou tard, que les réunions du Conseil des commandants ne permettraient jamais de crever l’abcès.

Un contentieux trainait entre eux, une rivalité sourde mais, fort heureusement, assumée des deux cotés…
Parmi les grandes batailles décisives de la Révolution, une des plus spectaculaire fut celle des Monts Atos, où les deux colonels s’étaient affrontés plusieurs jours sur une zone de quelques kilomètres de long, dirigeant chacun une armée. JFHill avait gagné, ouvrant la route vers la capitale…

Prenant son inspiration, JFHill se leva et prit la place de l’adversaire malheureux de Sterling Price.
Sur la table se trouvait un échiquier dont les  pièces étaient si patinées que l’on avait des doutes sur la couleur de certaines.. Le socle en lui-même était composé de trois sortes de bois différents, finement ciselés, mais les années étaient également passées par là et des craquelures zébraient le pourtour tandis que certaines cases semblaient creusées par le passage des pièces.. Les armoiries gravées sur le coté étaient, elles aussi, à moitié effacées.
“ C’est votre échiquier personnel n’est-ce pas Conte? “
Le Colonel Sterling Price était Conte sous l’ancien régime, d’une ancienne noble famille de MaterOne. Il avait perdu beaucoup durant la révolution Castiks..
“ Il a appartenu à un aïeul il y a plus de 200 ans Hill” Répondit le Conte. “ Mais il fonctionne encore remarquablement bien! Voulez-vous m’accorder une partie?” demanda-t-il en esquissant un sourire humble..

JFHill parti d’un grand rire: “ Mais bien sur mon vieil ennemi, cela faisait longtemps que nous avions laissé tous deux ce duel en suspens, l’Exode va nous donner exactement le temps dont nous avions besoin! Hahahaha!!”
Les pièces remisent en place, la partie put débuter..

Bien après la fin de la cérémonie du départ, la soirée finit sur un mat de JFHill, ce qui était honorable vu que seuls les deux rois étaient restés en lice..
Mais depuis déjà plusieurs heures, Sterling Price et JFHill partageaient les mêmes alcools et les mêmes sourires..

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep4

episode042.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Les tables était dressées pour un vrai banquet, emplies de victuailles de toutes sortes, de mets raffinés, de crustacés, poissons. Des vins parfumés étaient servis aux invités par des serviteurs tirés à quatre épingles tandis que d’autres terminaient de remplir une cascade de Blogrilla glacée (un cocktail à base de vin bleu et de fruits macérés ).

Les convives faisaient partie du personnel encadrant des 7 vaisseaux Transporteurs de l’exode: les haut-officiers, les représentants, les directeurs d’hôpitaux..
De belles femmes portants leurs plus beaux atours côtoyaient d’élégants gentlemen de tous âges dans la grande soute numéro 1 du premier Transporteur, spécialement aménagée pour l’occasion.
On sentait flotter dans l’air quelque chose de mélancolique, cette réception portait en elle la nostalgie, le deuil de MaterOne.
En effet le grand départ allait avoir lieu le lendemain et une majeure partie des mets présentés aux tables seront inaccessibles pour les Exodés, ils étaient donc mis à disposition sur des buffets repartis sur tous les transporteurs, dernier cadeau d’un monde que tous quittaient.

Le Général Décembre arpentait la soirée, connaissant parfaitement les règles de conduite de ce genre de moment. Passant de groupe en groupe, le vieux militaire dispensait compliments et anecdotes, s’enquérant des désirs et des goûts de ses hôtes.
Lorsqu’il croisa Junta cependant, il se plaça quelque peu à l’écart de la foule, près d’une fenêtre donnant sur la partie centrale du transporteur.

“ Vous m’avez positivement impressionné avec cette affaire de pirate Junta! Je tiens à vous féliciter personnellement de votre action’

Junta ne répondit pas, sirotant une flute de Blogrilla.
“Des hommes tels que vous sont rares et je comprend mieux comment vous êtes arrivé au poste que vous occupez actuellement.”

Junta esquissa un sourire..
“ Merci mon général, vos compliments, comme cette soirée, me vont droit au coeur.”

Décembre fronça les sourcils et se tourna vers son voisin, celui fit fit de même et les deux hommes croisèrent leurs regard.
“Je vous parle franchement Junta! J’ai besoin de vous pour contrer le trio JFHill / Benkana / Arlington” Ces trois-là peuvent très rapidement emporter la majorité au sein du conseil et je ne puis tolérer que ces anarchistes décident pour moi ! “
Le Général dirigea à nouveau son regard vers l’intérieur du Transporteur, de petits vaisseaux survolaient certaines zones tandis que de nombreux piétons déambulaient dans les coursives..

“ J’ai échappé aux griffes Castiks par désespoir pour la perte de l’ancienne monarchie, cela n’est pas pour recommencer une révolution gauchiste! Junta, je vous propose une alliance de principe.
Mais…. Qu’aurais-je à y gagner? “ S’enquit Junta.
J’ai l’intention de donner un nouvel éclat à notre future colonie, une dimension non seulement nationale mais militaire majeure. j’ai besoin d’un homme pour s’occuper de la partie politique de la chose. Et vous êtes cet homme là, Junta..! ”

Le politicien regarda le fond de son verre quelques secondes, puis le leva discrètement:
“Alors trinquons à notre nouvelle alliance mon Général! Et à notre projet pour la future colonie humaine d’Antares IV “

Un peu de vin s’échangea entre les flutes lorsqu’elles s’entrechoquèrent..

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep3

episode041.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le lieutenant Ralato fit une pause. Ses tempes lui brulaient et il sentait un léger tremblement gagner l’extrémité de ses mains.
Il se plaça face à la chaise du Mental mutualiste, puis d’une voix frôlant l’hypnose il tenta une nouvelle approche.

“ Nous allons tous deux perdre beaucoup de temps si tu fais ainsi de l’obstruction à mes sondes. Je vais être oblige d’en arriver à des solutions que je réprouve, tu en es conscient?”

Le Mental ne répondit pas.

Ralato poussa un profond soupir: il fallait qu’il lui fasse baisser sa garde. Quelques secondes suffiraient, avec toutes les drogues qu’on lui avait administré seule sa volonté le faisait tenir.
Le registre des souvenirs peut-être?…

“ Stuffy, nous avons passé du temps ensembles, je me souviens même que tu es un des rares à m’avoir fait découvrir quelques plaisirs ordinaires dans des soirées sans fin.. Te souviens-tu de ce bar caché au fond de la petite rue.. mmhhmm comment s’appelait-il déjà?.. “

Rien, l’autre ne répondait toujours pas.. Et sa résistance n’avait pas bougé..

“Chez Irene! oui c’est cela! C’était vraiment un sacre bouge! Un repaire de névrosés et d’alcooliques, quelques membres de cette curieuse secte satanique qu’on a fini par interdire des années plus tard..”

Une mouvance, une infime hésitation.. Un des mots l’avait fait réagir..

“Oui, les sectes sataniques tu connais ça non? Apres tout, les mutualistes vivent un peu comme dans une secte non? Aller ne me fait pas ces yeux la! Tu sais très bien que tout n’est pas rose non plus chez tes amis. Je ne suis pas contre les débats idéologiques mais les conditions ne sont pas réunies je pense..”

Non: à nouveau calme.. Il est probable que cela vienne d’ailleurs.. Qu’était-il arrivé de remarquable Chez Irene..?

“ Je me souviens de cette soirée ou nous étions, et tu avais eu la rencontre de cette étrange jeune femme voilée, au visage caché.. Tu semblais très attiré par elle..?”

Touché! Cette fois la vague avait été forte, son adversaire venait d’encaisser un choc émotionnel. Poursuivons dans cette direction..

“Ce soir là, si ma mémoire est bonne, ils passaient un groupe assez connu, une de ces soirées-concert qui est si prisée par les consommateurs.. Te souviens-tu du morceau joué? “

Son prisonnier était en pleine ébullition mais il tenait bon, quelle résistance!
Stuffy était vraiment un excellent agent, quel gâchis pour l’avenir..

“ Ca faisait quelque chose comme .. tralalaaaaa,pom pom pom tralaliiii “

Déjà des images de la jeune femme apparaissaient de derrière les barrières de sa victime, Ralato sentait que sa concentration lui échappait.. Aller un dernier coup de semonce..

“ Vous êtes partis ensembles après, je suis certain que c’est une personne charmante, cette.. cette..”

Stuffy poussa soudain un hurlement de rage tentant de se défaire de ses liens mais les deux soldats derrière lui le plaquèrent immédiatement contre le dossier de son siège.
L’homme ne bougea plus.
Il s’était évanoui…

Un garde vérifia qu’il était en vie et s’apprêtait à lui donner une injection de stimulant mais le lieutenant Ralato l’arrêta.

“Inutile je sais ce que je veux savoir, il est brisé, nous terminerons le debriefing demain..”
Puis se tournant vers l’autre garde, il ajouta:
“ Prévenez le commandant: je veux un véhicule pour me rendre immédiatement chez le contre-Amiral!”
Comme l’autre ne réagissait pas assez vite il ajouta un retentissant “Exécution, soldat!”

Pendant que le soldat affolé partait en courant, Ralato digéra l’information qu’il venait d’obtenir. Une simple image, mais que de retentissements! Comment avait-il pu passer à cote de cela?
Cette jeune femme, dans ce bar, était impénétrable aux sondes indirecte, et çà ne l’avait pas alerté..
Pourtant cela nécessite un entrainement si l’on n’est pas Mental !!
Ce soir là, dans le bar, la jeune princesse Azala avait recruté l’agent Mental Stuffy sous ses yeux et il ne s’était aperçu de rien!

Azala vient de perdre un nouvel agent, “Chez Irene” serait désormais mis sous surveillance constante et les mutualistes seront considérés comme séditieux et pactisant avec la contre-révolution…

Combien d’agents la jeune Princesse avait-elle encore recruté ? En qui pouvait-il encore avoir confiance..?

Ralato sorti de la salle d’interrogatoire en claquant la porte blindée, furieux.

Post
En cours de lecture

RedUniverse est mis de coté…

… pour deux semaines 😉

OUF! Vous avez eu peur hein?

Oui, je suis déjà en retard, et même si l’épisode suivant est déjà écrit, je dois imposer une pause temporaire à notre grande saga galactique car je dois faire face à de nombreuses responsabilités, suite à mon mariage!!! Il va vous falloir être patients encore deux semaines, je suis navré par avance..

Par contre cela serait bien que je vous propose à mon retour au moins deux épisodes d’un coup non? Histoire de me dédouaner un peu vis à vis de vous mes fidèles auditeurs…

Merci encore de votre patience :)

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep2

episode040.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le rapport pose sur le bureau du contre-Amiral Pofeus avait de quoi l’ébranler. Ralato lui comptait les résultats de l’interrogatoire ( et les aveux ) d’un mental, travaillant pour ses services, ayant trahi au profit de l’organisation de la Princesse nouvellement exilée, Azala.

Un mutualiste!
Un espion mental mutualiste allié à une conspiration contre révolutionnaire monarchiste!

Le contre amiral avait eu l’occasion de voir d’étranges combinaisons de circonstances depuis qu’il était à la tête des services secrets de MaterOne, mais celle-ci était une des plus surprenante!
Se laissant aller dans son fauteuil de cuir, il ferma les yeux, tentant de fixer les conséquences de la découverte de Ralato. On pouvait résumer sa crainte d’une maxime simple et connue: il n’y avait pas de fumée sans feu! Entendez par la que les mutualistes, de par leurs convictions et leur système de fonctionnement commun étaient toujours en groupe d’au moins une dizaine, chaque groupe sous la hiérarchie d’un camarade en chef respectant une ouverture démocratique envers la base et référant au niveau supérieur les demandes et doléances.
Ces mini sociétés avaient un point commun: ils ne supportaient pas l’évidence prouvant que l’argent est tout, le pouvoir et le développement fonctionnant par un système de marche des valeurs.

Un sourire se forma sur le visage du contreAmiral, quelque chose comme grimace en forme de coupure séparant le bas de sa mâchoire du reste du visage, un rictus inquiétant..
Le terme “mutualiste” l’avait replongé dans ses souvenirs et ils reprirent possession de son esprit, comme l’opium occultant les sens.

Pofeus revint dans les mois qui suivirent l’accident tragique de la station spatiale  qui avait coûté la vie à de très nombreux dignitaires militaires. Suite à ce drame, Pofeus était devenu insensible au pouvoir des mentaux, le savant Quartmac avait développé une tumeur qui l’emporterait quelques mois plus tard, et la confiance de l’armée dans les expériences sur les mentaux en fût exacerbée !!!!
Pensez donc: une explosion mentale tuant net une quinzaine de personne, quelle puissance fantastique, quels meurtriers de rêve en perspective!

Ni le Roi, ni aucune agence civile n’avait eu vent de ce qui était arrivé, l’armée ayant appris depuis longtemps à vivre en complète autarcie! On réussit à attribuer les morts à des circonstances différentes, un accident cardiaque étrangement diagnostiqué, un corps se retrouvant dans tel accident de voiture, ou un drame de navette en manoeuvre.. Une petite dizaine de personnes, civiles ou militaires avaient été délibérément sacrifiées pour couvrir ces mascarades, mais l’objectif de secret absolu avait été atteint, même le satellite, convenablement vide de tout document ou appareil de mesure, avait été détruit dans l’atmosphère.

Il restait à remplacer les disparus, et bien entendu ce fut un spécialiste en phénomène mental, un grand espoir de l’armée quand à l’utilisation de ces humains à facultés spéciales, qui fut choisi pour remplacer un général défunt à la tête des services du renseignement de l’armée: le nouvellement promu contre Amiral Pofeus.

Le cabinet royal n’apprécia pas trop cette nomination, la vie du personnage par trop dissolue ne semblait guère compatible avec ce poste sensible, mais l’armée passa outre, avide de bénéficier un jour d’une puissante arme mentale sans équivalence dans l’univers connu..

L’irrésistible ascension de Pofeus avait pris un nouveau virage important vers les Mentaux, et désormais elle allait croiser un autre destin hors du commun: Fabio Ouli.

Post
En cours de lecture

JOYEUX NOËL, rendez-vous Dimanche 26 Décembre..

…çà sera votre cadeau de Noël :)

Pourquoi? Parce que je suis en train de rêgler les détails préparatifs à mon.. mariage!

Et surtout, il s’agit de préparatifs administratifs! Donc c’est tout un travail très délicat et très prenant…

Je tâcherais de me rattraper pour me faire pardonner ce week-end :)

Joyeux Noël à tous !

Raoolito

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch4 Ep1

episode039.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Le pirate était en train de courir à en perdre son souffle, poursuivi par trois policiers qui gagnaient du terrain au fur et à mesure des angles de couloirs qui se succédaient à une vitesse folle!
Virage à droite, angle à gauche.. Il percute deux passants qui revenaient d’un réfectoire!
Chute, relève rapide, départ précipité!

Les policiers étaient sur ses talons, pourvu qu’il ne croise pas une autre patrouille!

Corridor à gauche, sas à droite, échelle tout droit..

Les flics lui étaient tombés dessus sans prévenir, ils savaient qui chercher!! Comment était-ce possible?

En bas d’un escalier, deux nouveaux policiers!! Vite, à gauche! Désormais ils sont à quelques mètres de lui!

A droite!

Le pirate eût une pensée pour ses camarades qui allaient finir leur vie dans les mines de lithium de la formation d’astéroïde de Kalmot..

Salauds de flics !

Pendant ce temps, une jeune femme aux cheveux bruns soyeux avançait le long du corridor principal, du pas assuré de celles qui savent où elles vont. Son nez retroussé et ses tâches de rousseurs lui donnaient un air juvénile que ses grands yeux bruns ne dépareillaient pas.
Certains jeunes dandys téméraires tentaient de capter son attention, mais la froideur qu’ils recevaient en retour les démotivait immédiatement!

A un angle de rue, elle sentit soudain qu’un danger était proche. Le regard en coin elle recula d’un pas au moment où le pirate fugitif entra devant elle dans le corridor surpeuplé. Paniqué, il sortit son arme et, avisant une famille qui passait, attrapa un jeune garçon à peine pubère, le plaquant contre lui en écrasant l’arme contre la joue de son otage.

Les policiers arrivèrent alors, prenant position en dégainant à leur tour leurs armes. La mère de l’enfant hurlait, les badauds s’attroupaient tandis que le pirate et les policiers échangeaient des onomatopées plus imagées les unes des autres.

“ Putain, lâche le et rends toi, tout se passera bien!
-Allez vous faire foutre, je le butte si vous approchez!
T’as aucune chance connard! Lâche-le maintenant!
Il va crever si vous approchez, je vais le..”

Le pirate affolé s’arrêta net lorsque son regard tomba sur la jeune femme aux cheveux soyeux.
La suite se passa en quelques secondes. Un sourire se forma sur le visage de l’homme pourtant si stressé, la jeune femme leva le bras dans sa direction. Le pirate commença à relâcher la pression sur la joue du garçon, le poing de la femme se referma.
Une minuscule goutte de sang gicla du coup du preneur d’otage, ses yeux devinrent vitreux.

Son arme, relâchée tomba sur le sol et l’otage s’enfuit sans réfléchir, trop heureux d’avoir un espoir de survie.
Déjà son agresseur s’effondrait avec l’élégance d’un pantin désarticulé, pris d’ultimes convulsions avant le dernier souffle qui figeât pour l’éternité une expression d’étonnement intense.

Choupa la pirate restait immobile, comme toute la foule devant cette scène incompréhensible. Elle laissait la tension générale retomber, fixant sa victime froidement.
Cet idiot l’avait reconnu et il était hors de question que les policiers se posent des questions sur elle.
Inspirant l’air recyclé de la station, elle repris son chemin doucement, sans brusquerie, observant les badauds au cas où son action avait été remarquée mais non, toutes les attentions étaient concentrée sur le cadavre.

Pendant que les policiers bloquaient la zone, éloignants badauds et appelant des renforts, Choupa la pirate marchait tranquillement vers son vaisseau.
Parvenue près du belvédère donnant sur l’espace extérieur, elle observa d’un oeil amusé le chargement en cours du dernier transporteur, les caisses de fret allant et venant, emportés par des robots programmées ou de petits vaisseaux.
Ce spectacle la rassurait: quelque part dans ces caisses un émetteur hyper spatial diffusait un signal codé sur une fréquence anodine, donnant les coordonnées spatiales de la flotte à ses compagnons d’armes, au sein de son escadre embusquée.

La diversion qu’elle avait imaginé avec ses lieutenants avait parfaitement fonctionné: sacrifier de nombreux autres pirates pour laisser le champs libre à la vraie mission qu’elle venait de remplir si aisément..

Et puis après tout, chez les pirates, la concurrence loyale: çà n’existe pas!

Post
En cours de lecture

petites vacances..

.. rendez-vous le Samedi 11 décembre 19h, heure française, pour

la soirée de Gala de Red Universe

où tout un programme est prévu par Phil, avec pleins de surprises, et bien sur des annonces fracassantes, et des nouveautés :)

Rendez-vous donc dans 2 semaines, nous comptons sur vous :)

Raoolito

Post
En cours de lecture

Red Universe: La playlist du troisième chapitre…

Voici la playlist Jamendo mise à jour, contenant quelques-unes des musiques utilisées pour la création de ce podcast Universel !!

http://www.jamendo.com/fr/playlist/16610

Voici certains nouveaux titres à remarquer pour leur utilisation dans les différentes parties:


  • Dans le Sigma’s Club de Maman-lolo: « Call me dazie mae » de Dazie mae, album  » velvett dress« 

  • Le vaisseau cargo aux docks: « dark secrets » de celestian aeon project, album « Aeon3″

  • Les pensees de JFHill mélancolique: « Signor presidente » de Talco, album « Tutti Assolti« 

  • Le meurtre mental du barman Radouane: « Eternamente » de Yachar, album « Eternamente« 

  • L’attaque contre les pirates:  « the spyin blues » de Crete boom, album « Them Bones need oxygen« 

  • La mise à mort de Philou est un mix de 3 musiques: « Sphinx » de Doc & lena Selyanina album « Sphinx » // « Invocation 01 » de Fabio Keiner, album « Evening invocation » // « tall man » de bloody Hansen, album « the seven doors of providence« 

  • La version de « Fly me to the Moon » de frank Sinatra etait signée de Peter Cupples qui la jouait unplugged lors d’un petit concert en public à la plage :) Elle n’est pas sur Jamendo, mais ici et en vidéo !

ET..



  • La musique d’Adenor de Choupette qui fait trembler le zizi de Phil: « Dark eyes:bonus track » d’ALO DJANGO, album « Swing and dance« 


je vous donne rendez-vous très bientôt pour le chapitre suivant intitulé


 » Vers l’abîme « 


comme toujours, laissez-nous vos commentaires, on adooooOOOoore çà ! :)


Raoolito