Red Universe

Red Universe

La plus grande saga intergalactique jamais racontée en podcast

raoulito

Des réfugiés vont découvrir les secrets enfouis sous des années d’oublis et de honte. Confrontés à des choix et des conflits sur leur modèle de société, ils avanceront vers leur but ultime, là où se concentrent leurs espoirs : la planète rouge. Chapitres entiers http://reduniverse-chapitres.podcloud.fr Chapitres spéciaux http://reduniverse-speciaux.podcloud.fr Et pour plus d’immersion, les livres illustrés http://reduniverse.fr/livres-numeriques/

Podcast
En cours de lecture

Une pluie de cadeau sur Red Universe & Forces mentales !

noel2018-2.mp3

Pour Noël 2018, chez Red Universe on ne sait pas s’arrêter  !
https://reduniverse.fr/2018/11/26/noel-2018-red-universe-une-pluie-de-cadeaux/

Préparez-vous à dignement fêter la fin d’année avec nous   !
Sur http://Reduniverse.fr et http://Forcesmentales.fr

noel redu2018

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch27 Ep13

episode372.mp3
 Red Universe Tome 1 Chapitre 27 Épisode 13 : « Plaies »

Le communicateur sur le bureau du Professeur QuartMac n’eut pas le temps de finir sa première sonnerie qu’il fut activé.
Allez-y, Laurelian.
Je viens d’envoyer des éclaireurs dans toutes les directions afin de confirmer que la bataille était bien terminée. D’un point de vue stratégique, je pense pouvoir affirmer que oui.
... les dégâts ?
La liste est longue. Nous avons perdu une vingtaine de vaisseaux et leurs équipages, a peu prêt le double de chasseurs et une trentaine de croiseurs sont endommagés. Parmi ceux-là, nous allons en saborder quatre, vu leur état, la récupération du matériel sensible est déjà en cours.
Quant à nos ennemis, leurs pertes sont plus lourdes, mais ils étaient les attaquants. On décompte trente-deux carcasses et plusieurs rapports indiquent que de nombreux appareils sévèrement abimés ont quand même réussi à sauter en Transition.
En ce qui concerne nos blessés, les infirmeries sont...
Je me moque des blessés, Amiral. Qu’on les soigne au mieux, mais la priorité est ailleurs ! Le canon Mental, alors ?
Nous l’avons utilisé trois fois lors de la dernière attaque. À chaque tir, le succès était complet, nos ennemis ne comprenaient pas ou n’arrivaient pas à l’éviter.
Mais il n’est pas dénué d’inconvénients et si j’étais à leur place, je surveillerais les arrières de nos défenses. Le temps de chauffe est énorme comparé à leur vitesse de mouvements, sans même parler des microTransitions dont ils sont capables. Lorsqu’un de nos canons est en préparation, il devient une proie facile pour ceux maitrisant aussi finement les sauts dimentionnels.
QuartMac se mura dans le silence quelques instants, ressassant rapidement toutes les informations de Laurelian. Ce canon Mental, déployé dans la flotte sur plusieurs appareils, nécessitait effectivement beaucoup de temps et d’énergie pour être opérationnel, ce qui représentait un lourd handicap en pleine bataille. Comme prévu, il avait aidé à creuser la différence en leur faveur, sauf que cet avantage disparaitrait s’ils devaient l’utiliser dans une attaque-surprise par exemple. Laurelian venait d’ailleurs de rappeler que leurs ennemis sauraient probablement s’y adapter en devenant plus attentifs et plus mobiles. Il lui demanda de produire un rapport précis avec le bilan final et des propositions d’amélioration, puis coupa la communication.
Se laissant aller en arrière contre le dossier de son fauteuil, le professeur s’autorisa à fermer les yeux quelques minutes. Cinquante appareils détruits ou endommagés, contre un nombre équivalent en face, ce n’était pas ce que l’on pouvait nommer « une victoire », au mieux s’agissait-il d’un statuquo. Peut-être qu’un thé l’aiderait à y voir plus clair ?
Il se leva et s’approcha de sa bouilloire qu’il s’empressa de remplir. Un simple robinet d’eau chaude lui fournirait un service semblable, mais il n’en goutait absolument pas le résultat. La température n’était pas assez élevée pour enclencher les réactions moléculaires adéquates dans les plantes immergées, de plus il fallait impérativement rebouillir quelques secondes le tout, une fois le breuvage mélangé avec le sucre et le thé. Cela, bien sûr, seule sa bouilloire le permettait.
Un reflet incongru traversa fugitivement la pièce. Derrière le hublot, un croiseur en remorquait un autre vers le centre arrière, là où l’on regroupait les appareils nécessitant des réparations. Il songea qu’il serait d’ailleurs intéressant de rejoindre les équipes se dirigeant en ce moment vers les carcasses ennemies : leur étude allait certainement s’avérer très utile, surtout la composition de cet étrange matériau dans lequel ils étaient construits.
Il versait le mélange thé plus eau chaude dans la bouilloire pour terminer la préparation, lorsque la sonnerie de son communicateur retentit. Il décrocha et la voix de Laurelian résonna à nouveau dans la pièce :
Gouverneur, deux des vaisseaux éclaireurs ont confirmé avoir découvert un véritable cimetière de l’espace à deux heures de transition d’ici. Ils n’ont guère eu l’occasion de creuser plus, car plusieurs appareils ennemis patrouillent encore là-bas et ils se sont vite fait repérer.
Une embuscade ?
Non, monsieur, c’est clairement quelque chose qui ne nous était pas destiné, nous sommes simplement tombés dessus au hasard de nos recherches. Les restes rappellent sans aucun doute le design de nos assaillants. En ce moment, on prépare l’envoi de plusieurs drones pour en savoir plus.
Dès que les images arrivent, branchez-moi sur le réseau télépathique des amplificateurs et montrez-les-moi. Encore une fois, je demande un silence total sur le sujet. Pas un mot en dehors du minimum de personnel nécessaire, rien avant que l’on ne sache sur quoi on est tombé.
Suis-je clair ?
L’amirale confirma et rompit la communication.
QuartMac reprit sa préparation du thé, laissant l’eau atteindre le bon degré d’ébullition puis lançant le chronomètre. Un décompte de trois minutes s’enclencha…
Un « cimetière » spatial de nos ennemis ? Qu’est ce que cela pouvait signifier ? Une guerre civile, peut-être... ou existaient-ils également d’autres races combattantes dans les parages ?
Un tintement le sortit de ses réflexions et il désinséra la bouilloire de son étui, versant le liquide à une certaine hauteur de son verre pour améliorer le mélange avec l’air. L’oxygène contenu dans l’eau exhalait le gout et l’ébullition en avait évaporé une partie, il fallait donc produire cette sorte de petite écume pour redonner au thé ses molécules perdues. Se saisissant de l’anse, il ramena le breuvage fumant à son fauteuil, juste à temps pour accueillir la communication psychique de Laurelian.


SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: iGerard,TheDelta - Acteurs : Valerian: narration, xopilat’l: hazalactus, telmak: Gvillaume, Gouverneur: Numa C., Derush/montage:iGerard/Ceco, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte

C’EST NOEL CHEZ RED UNIVERSE
https://reduniverse.fr/2018/11/26/noel-2018-red-universe-une-pluie-de-cadeaux/
com redU

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

VOTRE NOUVELLE SÉRIE FORCES MENTALES EST PRÊTE A ÊTRE TÉLÉCHARGÉE ( http://forcesmentales.fr )SERIE AU GRAND COMPLET !

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch27 Ep12

episode371.mp3
 Red Universe Tome 1 Chapitre 27 Épisode 12 : « Chilico en guerre »

Planète Cuitliē, centre administratif du système de Chilico.

La raffinerie principale OLMEK1 était une des quatre usines transformant le minerai brut en matériau de fabrication des vaisseaux spatiaux nalcoēhuals. Pour des raisons de bombardement météorique quotidien, l’unique cité de Cuitliē se retrouvait profondément enfouie dans le manteau de la planète et OLMEK1 suivait la même règle. Située plus au sud, autour de l’équateur, elle ne laissait surgir à la surface que le minimum nécessaire, dont une piste se terminant par un monte-charge géant.
Ce fut celui-ci qui vola en éclat lorsque les Libérateurs de Chilico pénétrèrent dans le complexe. Les charges ouvrirent une brèche par laquelle une vingtaine de rebelles se jetèrent bardés de suspenseurs antigravité et de grenades psychoéblouissantes. Le second sas en profondeur subit le même outrage, dépressurisant le hangar primaire, ce qui asphyxia immédiatement les gardes ou ouvriers pas assez réactifs.
Xopilat’l se laissa glisser lentement au travers du monte-charge extérieur, paralyseurs en mode létal dans chaque main et scaphandre bien ajusté. Derrière lui, Telma’k son fidèle second, lui aussi armé, mais emportant le pad qui les liait aux commandos en tête de l’attaque. Il termina les derniers mètres accroché aux barreaux incurvés de l’échelle de secours. Ce n’est qu’une fois les pieds foulant le sol de l’usine qu’il balaya du regard les premières victimes de sa guerre de libération, murmurant à leur encontre une prière muette.
Demande à quelques partisans de les aligner et de les recouvrir de quelque chose. Quand les miliciens vont arriver, je ne veux pas qu’ils pensent à nous comme à des barbares.
Je donne les ordres, répondit simplement Telma’k qui se retourna vers deux rebelles en arrière.
D’un mouvement du bras, il engloba la scène et les deux Nalcoēhuals se mirent à l’ouvrage en récupérant plusieurs bâches entassées dans un réduit d’entretien.
La raffinerie OLMEK1 s’étendait sur de nombreux kilomètres de galeries, couloirs et autres salles de travail, mais finalement seules deux parties importaient : les fours de craquage et le central de coordination des systèmes. C’est vers ce dernier que se dirigea le président en activité de la République cachée de Chilico. Les casques des deux hommes avaient été retirés une fois entrés en zone pressurisée, mais leur progression n’en était pas plus rapide. Si le chemin avait déjà été sécurisé et balisé par la première section des commandos, Xopilat’l restait extrêmement prudent dans cette raffinerie connue pour être sous haute surveillance. Il considérait chaque croisement comme un redoutable piège, roulant en boule pour pointer ses paralyseurs dans le vide, écoutant le silence à la recherche du moindre bruit. Dans la plupart des cas, ce fut en vain : entre les corridors condamnés par explosifs ou ceux aux sas soudés, chaque zone potentiellement à risque avait préalablement été assurée. Sauf une : une grille de support de câbles où s’était glissé un garde plus malin que les autres. Il tomba sur le président dès que celui-ci fut à sa portée et le frappa à répétition aussi violemment que possible avec sa matraque dans l’espoir de lui faire lâcher ses paralyseurs. Mais l’ancien mineur avait la cuirasse robuste : une fois la surprise passée, il para le dernier coup du milicien et lui expédia en plein torse un de ses coups de poings qui l’avait rendu célèbre dans sa jeunesse. L’autre fut projeté deux mètres en arrière, le souffle coupé. Il n’eut jamais l’occasion de le retrouver : un couteau lui transperça le cœur par derrière, œuvre de Telma’k qui attendait le bon moment pour intervenir, tapi dans l’ombre.
Xopilat’l remercia son ami d’un hochement de tête silencieux, mais il ne put retenir un grognement de douleur : ses os n’étaient plus aussi solides qu’auparavant et son avant-bras avait visiblement souffert. Son second le balaya d’un petit scannographe et confirma :
Fracture en deux points. Il ne vous a pas raté, dites donc.
Je tiendrais le temps nécessaire... on mettra une attelle, une fois arrivés.
Laissez-moi passer devant, ajouta l’autre en échangeant son couteau contre les paralyseurs du président. Nous ne sommes plus très loin.
Une décille plus tard, ils pénétrèrent sans encombre dans le central, découvrant avec inquiétude plusieurs cadavres de gardes et de techniciens qui avaient eu l’idée saugrenue de résister. Xopilat’l jeta un œil mauvais à ses commandos trop zélés, mais il se retint de leur faire la morale : entre l’oppression de l’occupant et le stress de l’attaque, ces nerfs de ces Nalcoēhuals étaient à fleur de peau. Comme les miliciens d’ailleurs, la « rencontre malheureuse » du corridor en étant un exemple flagrant. Tandis que Telma’k offrait un semblant de sépulture à ceux tombés, on regroupa les opérateurs au centre de la pièce.
Certains tremblèrent quand le président s’approcha d’eux, d’autres le toisèrent. Xopilat’l soutint tous les regards, cherchant à lire l’histoire de chacun sur les visages plus ou moins tournés vers lui. On avait ici des natifs de Chilico — peu, les envahisseurs de Ti'ltchiti ne leur faisant pas confiance — et beaucoup d’ouvriers nalcoēhuals gagnant leur vie dans un des métiers les mieux rémunérés de la zone de Khabit : producteur de minerais détaché sur Chilico. Évidemment, cela n’était pas valable pour les habitants de Chilico qui demeuraient, eux, sous-payés. Leur destinée à tous se retrouvait maintenant entre ses mains et les fusils-paralyseurs des commandos. Xopilat’l les rassura immédiatement, le sang ayant déjà bien trop coulé :

« Nous ne sommes pas venus tuer, ni les gardes, ni les travailleurs que vous êtes. Retournez à vos fonctions habituelles et n’essayez pas de vous opposer à nous, tout sera très vite terminé. Vous avez la parole du Président de la République cachée de Chilico que vous ressortirez tous libres et en vie d’ici quelques heures. Allez-y, maintenant. »
Et, sous l’insistance des commandos les entourant, tous repartirent à leur poste, une expression interrogatrice dépeinte sur leur visage.
Moins de cinq décilles s’écoulèrent avant que les visualiseurs ne montrent les soldats en scapahandre de l’armée régulière investir simultanément plusieurs entrées d’OLMEK1. Une demande de contact psychique fut transmise par l’amplificateur secondaire de la salle et Xopilat’l y répondit posément.
Je suis No’ork Kelm’tek, gouverneur de Cuitliē et membre du directoire de Chilico. Je veux parler avec un responsable.
Xopilat’l Aktar, Président de la République cachée de Chilico, je suis la plus haute autorité ici. Bien le bonjour, Gouverneur. Je vous propose de nous rencontrer dans le hangar de secours, venez avec quelques gardes si cela vous rassure, je serais seul de mon côté. Nous pourrons discuter, disons dans... deux déciles ?
Le présid... heu, oui. Soyez à l’heure !
La communication psychique disparue et Telma’k croisa le regard de son chef. Tous deux connaissaient le plan et échangèrent une poignée de main avant que Xopilat’l se s’éloigne par une petite porte de côté, accompagné d’un des commandos.
Le chemin pour le hangar secondaire se révéla plus rapide que celui depuis le principal, pour la simple raison qu’il était plus court et jamais fréquenté. Le rebelle protégeant Xopilat’l l’abandonna à quelques mètres du dernier sas, saluant son président une ultime fois alors que celui-ci ouvrait le panneau.
Au milieu du dock, quatre Nalcoēhuals armés jusqu’aux dents entouraient un fonctionnaire joufflu, plutôt tassé sur lui-même, au goitre disproportionné. Ses petits yeux aux larges iris complétaient, chez celui qui se présenta comme le gouverneur, l’allure d’un bébé Zlabot. Le président connaissait bien sûr cet envoyé spécial de Ti’ltchiti qui avait comme mission principale de maintenir la paix dans l’unique région productrice de « pierre qui chante ». De trop nombreux amis croupissaient dans les geôles à cause de sa politique répressive.
Président Xopilat’l... murmura le gouverneur. C’était donc vous. Et dire que nous vous avions sous les yeux depuis le début.
Vos services ne pourront jamais nous faire plier et nos secrets vous seront toujours inaccessibles, Gouverneur Kelm’tek.
J’en doute. Mais revenons au présent. Rendez-vous et je m’engage à ce qu’il n’y ait pas de victimes chez les rebelles. Vous passerez en jugement, bien entendu, mais seule la prison leur sera réservée.
Xopilat’l ne put cacher un ricanement, puis ajouta :
Entre la mort et vos geôles, nous préférons souvent la mort. J’ai une autre proposition, annonça-t-il simplement en ouvrant sa main droite devant le groupe face à lui.
Au creux de sa paume, une sphère de quelques centimètres encadrait un point rouge pulsant lentement d’une lumière inquiétante. Immédiatement, les soldats accompagnant le gouverneur levèrent leurs armes, tandis que celui-ci reculait de plusieurs pas, une expression de terreur se dépeignant sur son visage. Xopilat’l poursuivit calmement :
Je meurs, tout explose, j’appuie, tout explose. Un groupe de partisans a placé des charges à la sortie des fours de craquage. Vous connaissez le processus, qu’arriverait-il si le minerai liquide brulant entrait au contact de l’air ou pire, au contact d’un conduit de minerai brut ?
... une réaction en chaine, grogna le gouverneur.
Exactement. Voici ma proposition : vous laissez partir tous les rebelles dans une navette qui va apparaitre d’ici une petite décille et je me rendrais à vous sans combattre. Bien sûr, vous récupèrerez la raffinerie entière sans une rayure... autre que celles déjà présentes.
Vous voulez vous livrer ? s’étonna Kelm’tek, dubitatif.
Absolument. Alors ?

Lorsque le modeste appareil sans matricule sortit de Transition à proximité de l’entrée du hangar secondaire, personne ne l’arrêta ou ne tenta de l’obliger à se poser. Il put traverser les lignes des forces de sécurité, prendre à son bord une vingtaine de Nalcoēhuals armés et repartir comme il était venu.
Xopilat’l reçu les premiers coups dès que le gouverneur le laissa seul, sans son scaphandre, sous la surveillance des quatre soldats qui l’avait accompagné. Il avait heureusement dissimulé son attelle sous plusieurs couches de vêtements. Cette fracture aurait agi comme un aimant pour la hargne de ses geôliers.


SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: iGerard,TheDelta - Acteurs : Valerian: narration, xopilat’l: hazalactus, telmak: Gvillaume, Gouverneur: Numa C., Derush/montage:iGerard/Ceco, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

VOTRE NOUVELLE SÉRIE FORCES MENTALES EST PRÊTE A ÊTRE TÉLÉCHARGÉE ( http://forcesmentales.fr )SERIE AU GRAND COMPLET !

RedU fête la fin d’année avec vous  !
https://reduniverse.fr/2018/11/26/noel-2018-red-universe-une-pluie-de-cadeaux/
noel redu

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch27 Ep11

episode370.mp3
 Red Universe Tome 1 Chapitre 27 Épisode 11 : « Piège (5) »

Plusieurs tremblements secouèrent le grand immeuble au fond duquel se terrait le cœur des Triades souriantes, la tête bien mal nommée « Le triangle » en référence à la période passée où trois anciens dirigeaient la tentaculaire organisation.
Stuffy patientait, assis en tailleur sur un épais tapis au centre de la pièce où son prédécesseur avait rencontré Ralato. Tout autour de lui, des hommes aux visages fermés campaient, les doigts bien serrés sur leurs mitrailleuses. Quelques étages au-dessus, Ralato et des troupes de choc des Forces mentales avançaient inexorablement jusqu’à lui, malgré les pièges, les défenses ou les gardes armés lourdement. Eussent-ils reçu des renforts d’hypothétiques soldats supplémentaires que la vitesse de cette progression laissait Stuffy dubitatif. C’était bien trop rapide.
Le chef des Triades n’était pas stupide au point de croire en ses chances de résister longtemps. Dès que le croiseur était réapparu dans le ciel de TB01, il avait compris que son grand rêve de Conquête souriante du pouvoir était sérieusement compromis.
Nouveaux tremblements, plus proches... quelques bruits de tirs percèrent au travers des parois et de l’imposante porte.
Que s’était-il donc passé là-bas, dans la chaussetrappe destinée à supprimer son dangereux ancien ami ? Le trou noir ne s’était peut-être pas déclenché ? Stuffy-Quartmac avait-il failli en quelque point du programme ? Un imprévu ? Une chose demeurait certaine : la navette souriante posée à l’intérieur du croiseur avait bien fait exploser sa charge d’antimatière, un signal codé leur était parvenu en multitransmission. Alors par quel miracle ce même croiseur pouvait-il orbiter tranquillement ? Sans nouvelles de son prédécesseur, la nouvelle chimère de Stuffy avait choisi l’attaque dès qu’un détachement s’était élancé vers la planète.
Il soupira silencieusement, supportant l’attente dans une attitude toute Souriante. Ce modèle de clone était cette fois identique à l’agent original, avant que son corps ne soit détruit par l’arrivée de Fabio dans la base Mutualiste des Appalaches. Sans en avoir poussé les capacités dans ses retranchements, les différences avec la version fatiguée de QuartMac ne se comptaient plus.
Plusieurs crépitements, on approchait du dernier couloir menant à cette salle.
Stuffy se releva, dégainant ses deux révolvers et, surtout, il sortit son sabre traditionnel du fourreau sculpté et le pointa vers les épais battants de l’entrée. Les nombreux fidèles autour de lui reçurent parfaitement le signal, armèrent le chien de leurs mitrailleuses et se précipitèrent à l’extérieur ; telle la garde royale des Lakedaímōns (et sans doute d’autres corps d’élite avant eux) ils allaient offrir leur vie pour défendre celle de leur chef.
« Bonne chance, messieurs, tâchez de tenir quelques minutes au moins... »
murmura simplement Stuffy alors que le dernier combattant claquait la porte derrière lui. Du bout du pied, il écarta un pan du tapis et appuya sur le contacteur dissimulé dans le sol. Un escalier s’enfonçant vers les profondeurs de Kyuang apparut et il s’empressa de l’emprunter. Ce ne seraient pas les multiples blindages qui se fermèrent derrière lui qui ralentiraient longtemps Ralato et ses hommes, mais chaque petit instant de gagné lui permettrait de s’échapper. Malgré le moment plutôt dramatique, il ne put s’empêcher d’apprécier son nouveau corps. Svelte, musclé, chaque foulée lui faisait dévaler les marches par groupe de quatre, sans essoufflement particulier, tandis que ses yeux portaient si loin qu’il aperçut la sortie plusieurs minutes avant de l’atteindre. L’empreinte palmaire de cette chimère avait heureusement été rapidement encodée dans les systèmes centralisés des Triades, autorisant à Stuffy l’ouverture de tout ce qui appartenait plus ou moins à l’organisation et à ses obligés. Il pénétra dans un sas qui se pressurisa à la suite de son passage. Un second sas apparut alors devant lui, offrant au regard du visiteur une série d’épais fauteuils scellés et rangés en cercle, dans une petite pièce de quelques mètres de diamètre. Au milieu des sièges, un discret promontoire présentait quelques commandes que Stuffy s’empressa d’activer. Il s’installa dans un des fauteuils et agrafa sa ceinture, pendant qu’un compte à rebours rapide s’égrenait en chiffres holographiques au-dessus de sa tête. Le décrochage fut violent et suivi de l’accélération digne d’un avion de chasse tandis que la capsule de secours — réservée aux cadres supérieurs de l’organisation — s’enfonçait vers le centre de la géante gazeuse.
Vu de MaterOne, TB01 ne représentait qu’un corps céleste aux réserves quasi inépuisables de Lithium. Partant de là, les rochers, cités/usines ou raffineries flottantes n’étaient que des ilots naviguant au gré de l’humeur des marées de gaz liquéfié.
Quelle vision étriquée de la réalité !
Sous le manteau interne, à près de dix-mille kilomètres de la surface, se trouvait le cœur bien solide de la planète, un noyau fait de pierre et de métal dans lequel des générations de Souriants avaient aménagé une base spatiodimensionnelle. L’Armée royale avait expérimenté cette technologie il y avait quelques siècles, mais, ayant l’univers connu sans fin à disposition, le projet de « base Transitionnelle » (tel qu’on le nommait alors) avait été abandonné. L’idée, et quelques savants à l’origine des recherches, avaient été récupérés par les Triades et poursuivis. Une sphère de cinquante kilomètres de diamètre avait été percée dans le noyau, au centre de laquelle un vaisseau modeste, mais équipé des Compresseurs dimensionnels les plus récents, patientait, le réservoir plein. Comme il était impossible de suivre un appareil en Transition, sauf à y avoir installé un système de localisation multispatial, l’armée pourrait bien mettre sous embargo toute la planète si cela lui chantait, Stuffy naviguerait déjà loin.
La décélération fut aussi brutale de l’accélération initiale, rappelant à Stuffy ses séances de pilotage à bord des puissants simulateurs. Qu’à cela ne tienne, son nouveau corps résista sans grandes difficultés et les verrous de freinage fumaient encore qu’il bondissait vers la sortie. Quelques mètres plus tard, le poste de contrôle de la petite station s’alluma automatiquement et Stuffy programma son vol. Un dernier escalier adjacent donnait sur l’ouverture extérieure du croiseur léger qui serait son lieu de vie pour... une période indéterminée.
« Ordinateur, active la séquence de Transition. Départ immédiat. » 
commanda-t-il dès ses premiers pas à l’intérieur de l’engin.
Plusieurs lumières clignotèrent, confirmant que les ordres avaient bien été pris en compte. Stuffy inspira, écoutant le silence qui s’effaçait doucement derrière les ronronnements profonds du Compresseur, puis s’affala dans un des fauteuils du salon principal en fermant les paupières, la tête reposée en arrière. Le tout automatique présentait bien des avantages...
« Question de point de vue » fit la voix de Ralato.
Étonnamment, Stuffy ne fut pas plus stupéfait que cela. Il se surprit même à rire avant de regarder enfin son vis à vis. Le ministre Ralato se tenait devant lui, installé confortablement, une tasse de thé fumante en main. Il souffla doucement dessus pour refroidir le breuvage, puis poursuivit :
Stuffy-Quartmac m’avait fait gouter à ce merveilleux thé au Jasmin et je dois bien t’avouer en être tombé amoureux. Il reste encore de l’eau chaude, je pense, si tu es intéressé...
Ralato, Ralato, Ralato... je... je ne sais que dire. Bravo. Simplement bravo ! Comment es-tu arrivé là ? Et que fait-on, maintenant ?
Première question : ça me regarde, seconde question : tu vas être jugé et exécuté pour trahison et, bien sûr, je prendrais personnellement la tête des Triades en tant que ton successeur. Mhmm... ce thé !

Donc j’avais raison depuis le début. Tu en es finalement venu à supprimer toute opposition ? Fini le grand cinéma avec les méchants Mutualistes, les Souriants bien sages et le gouvernement qui travaille ? Tu veux le pouvoir pour toi tout seul ?
Qu’entends-tu par là ? demanda Ralato, un rien surpris.
Je suis l’ultime Stuffy vivant dans l’univers connu, tous les autres sont morts (au cas où tu l’ignorerais, tu es maintenant au courant). La crise économique a terrassé presque tous les acteurs extérieurs ou anciennes fortunes et les coffres des banques Souriantes offriront de quoi modeler une société à l’image de celui ou ceux qui le désireront. Poféus est en train de perdre totalement la raison et...
Il leva le doigt, montrant le plafond :
Tu as même le dernier croiseur de la Flotte mentale à disposition. Après moi, tu deviendras le seul maitre à bord... pour toute l’humanité !
Ralato ne répondit pas. Il se contenta de finir d’un trait sa tasse et la reposa... au travers de la petite tablette sur le côté. Stuffy comprit d’un coup :
Tu n’es PAS ici !
Bien sûr que non, pourquoi donc ? Je suis dans ta tête en ce moment et ce thé, je le déguste depuis ta cuisine personnelle, la pièce à droite après les tentures de ta salle de réunion aux quatre dieux.
Ce ne sont pas de simples dieux et tu ne peux atteindre mon esprit à cette distance. Mes barrières sont levées en plus et je ne... Aaaaargh ! hurla soudain Stuffy, en se prenant le crâne entre les mains.
Figure-toi que je ne t’ai pas quitté une seconde depuis ton attaque au missile contre ma navette, précisa Ralato, une expression plus dure malgré les souffrances de son ancien ami. Si tu savais combien nous étions loin de connaitre tous les raffinements de notre pouvoir, avec nos dogmes aux œillères bien fermées par une éducation trop rigoureuse. Je comprends mieux Fabio, maintenant... que je vois notre monde comme lui.
Stuffy, les larmes aux yeux et les jambes repliées sous son siège leva sur Ralato un regard de pierre :
C... c’est impos... possible ! Tu... n’es... pas... F...FABIO !
Certes, je suis Ralato, répondit l’autre simplement en se relevant. Mais j’ai hérité de ses pouvoirs et je t’informe de plusieurs choses. Un, les dernières chimères de QuartMac augmentent la puissance psychique, je le sens bien à travers toi et, deux, je vais te laisser partir.
La douleur dans le crâne de Stuffy s’effaça tout aussi brusquement qu’elle était arrivée. Celui-ci se redressa, dubitatif : quel plan le ministre avait-il en tête ? Ralato poursuivit.
Est-ce que tu te rends compte que je retiens ton Compresseur dimensionnel depuis le début de notre discussion ? C’est proprement hallucinant tout ce qu’il m’est permis de faire, je t’assure !
Ce fut un plaisir. Adieu, toi qui fut mon ami. Tu sais, la bouille enfarinée qui me regarde en ce moment me manquera.
Tu... tu me laisses partir, alors ?
Bien sûr, je viens de te le dire, insista Ralato, un rien agacé que son ancien ami doute ainsi de lui. Ha oui, pour ta dernière remarque. Je ne cherche en rien le pouvoir, mais j’ai eu récemment une sorte de... on dira « prédiction ». Quelque chose arrive qui va nécessiter une vraie rigueur du côté de notre humanité. Et si je dois, pour la combattre, mettre au pas tout le monde vivant...
Comme effacé par une brise légère, l’image du ministre se volatilisa, laissant juste l’écho de sa voix terminer la phrase en suspens :
« ... je le ferais. »
Le ronronnement du Compresseur monta alors brusquement et Stuffy sentit le passage de son vaisseau en Transition. Il ne comprenait pas pourquoi Ralato le laissait partir. Ni même comment il avait réussi à l’atteindre, malgré la distance, voire à... retenir le moteur dimensionnel ? Les pouvoirs de Fabio, disait-il ?
Il eut soudain une intuition. D’un bon, il se précipita au poste de pilotage. Les systèmes automatiques indiquaient une arrivée imminente, bien plus rapide que le voyage programmé par Stuffy. Lorsque son petit croiseur réapparut dans l’univers normal, les doutes devinrent certitude.
Face à Stuffy, l’immense trou noir, créé quelques heures plus tôt, écrasait de sa majesté un malström de météorites et de débris en tous genres dans lequel son appareil fut vite emporté. Juste avant d’être broyé entre deux astéroïdes géants, Stuffy rit une dernière fois à gorge déployée, puisse cela atteindre les oreilles de son ancien ami.

Sur TB01, le ministre sortit de la cuisine et lança à ses hommes le signal du départ. Tout en remontant à la surface de la cité, il murmura entre ses dents  :
« Oui. Je t’ai entendu, Stuffy. »


SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: iGerard,TheDelta - Acteurs : Gvillaume: narration, Raoulito: Ralato, Leto75: Stuffy , Derush/montage:Miiop/Raoulito, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

VOTRE NOUVELLE SÉRIE FORCES MENTALES EST PRÊTE A ÊTRE TÉLÉCHARGÉE ( http://forcesmentales.fr )DERNIER EPISODE AUJOURD’HUI !

LE CHAPITRE 13 DE REDU EST DISPONIBLE DANS VOS LIBRAIRIES PREFEREES (et sur le site de http://RedUniverse.fr)
com redU

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch27 Ep10

episode369.mp3
 Red Universe Tome 1 Chapitre 27 Épisode 10 : "Piège (4)"

La navette glissa silencieusement hors du hangar d’appontage et s’éloigna du croiseur mental en direction de TB01. À son bord, le ministre Ralato patientait, sanglé dans un treillis aux couleurs de la planète gazeuse, ainsi qu’un groupe d’assaut d’une vingtaine de soldats mentaux, tous lourdement équipés. Pour sa seconde visite au chef des Triades, fort probablement une chimère toute neuve de Stuffy, Ralato jugeait que le stade de la politesse diplomatique était passé, place à la force.
Lui-même ne portait qu’un simple revolver accroché à sa ceinture et un gilet pare-balle. Il ne se sentait plus l’obligation d’être bien armé pour partir au combat, un peu comme Fabio en son temps. Quelque chose lui disait que désormais plus rien ne serait jamais pareil, qu’il entrait dans une nouvelle ère. Toutes les impressionnantes facultés révélées dans le piège souriant n’étaient qu’un début, il pourrait aller bien plus loin que cela, bien plus loin que... Fabio. Car il était intimement persuadé que l’étrange Monsieur Loyal, et les petits objets translucides, qu’il voyait présentement flotter autour de lui, voudraient à tout prix éviter de reproduire la disparition de son frère et donc offrir à Ralato un pouvoir réellement infini. Ce n’était qu’une intuition, mais...
Sur son reflet chromé à la surface du fauteuil devant lui, il laissa quelques secondes un doigt glisser le long de la cicatrice qui marquait son cou de part en part. Il ne restait déjà plus qu’un mince filet rosâtre et le ministre devinait que d’ici peu elle serait totalement effacée. Existait-il dans l’Histoire des êtres revenus d’entre les morts ?
« Toi... tu l’avais vécu lors de notre capture par les Forces mentales… » pensa-t-il, l’image de Fabio enfant surgissant de ses souvenirs.
Sans préavis, le décor changea, le projetant à sa grande surprise dans les montagnes des Appalaches, le jour où...

Deux jeunes garçons jouaient dans la campagne. Devant eux, une chaine de belles montagnes où il faisait bon paitre pour les troupeaux avant l’hiver. À l’arrière, une vallée paisible où l’on devinait des petites fermes blanches, réparties tels des boutons de fleurs sur un pré en cette fin d’été. Ralato et Fabio, les deux rejetons de la famille Ouli, s’amusaient à cache-cache entre les gros rochers à flanc de parois et c’était au tour de Ralato de chercher. Leur jeu était un peu différent de celui des enfants ordinaires où on devait trouver son ou ses adversaires. Ici, la pente était assez dénudée et il y avait peu d’endroits susceptibles de dissimuler des garçons de sept ans. Assis en tailleur, Ralato devait se concentrer pour ressentir la présence de son frère, tandis que lui devait justement se masquer derrière un silence d’esprit parfait.
Au seuil de l’adolescence, les Mentaux développaient leurs facultés progressivement, des comportements particuliers qui, si elles étaient bien canalisées, feraient d’eux une élite de la société. Le pouvoir royal avait rapidement mis en place des services spécialisés, rattachés au ministère de la Défense, chargés de les découvrir et de les former à l’exercice de ce pouvoir peu commun. D’où certaines visites d’hommes en tenue médicale, parcourant les lieux scolaires et passant quelques heures avec les enfants qu’ils scrutaient de leurs yeux étranges. Comme la semaine dernière, à l’école…
Fabio sentait des gouttes de sueur glisser le long de sa joue. Il serrait fort ses petits poings et ses paupières : toute sa concentration se focalisait en un point blanc sur un fond noir. Grâce aux jeux avec son frère, il avait développé cette technique qui réussissait souvent à condition de conserver le point blanc bien en face de lui. Aucun bruit ne lui parvenait : tout allait bien, il restait invisible à l’esprit de son adversaire. Un vrombissement l’alerta, lointain, mais qui semblait se rapprocher ? Fabio inspira puis expira : un maudit avion passait trop bas et cela risquait de perturber ses efforts, mais le son augmentait et augmentait encore, on devinait des rotors. Le souffle de l’air changea de direction et ce fut un vrai vent qui tourbillonna maintenant autour de lui. Définitivement, sa concentration était compromise et le point lumineux venait de se brouiller avant de disparaitre. Il était inutile de se cacher, son frère pouvait le trouver sans aucune difficulté. Mais il ne se passait rien. Fabio jeta un œil et la scène qu’il découvrit derrière le rocher le laissa sans voix. Un énorme orthoptère était posé à quelques pas de son Ralato et plusieurs hommes en blanc l’entouraient, ainsi que des soldats armés...

Ralato écoutait les messieurs lui expliquer dans son esprit que ses parents étaient au courant, qu’il ne risquait rien, que le roi allait s’occuper de lui spécialement. Ils ajoutaient qu’il était un enfant à part avec de réelles qualités, mais le petit garçon pensait à son Fabio : il ne pouvait pas le laisser seul dans la montagne.
Quel frère ? Les hommes en blanc se regardèrent, interloqués. Ils se tournèrent vers les alentours, ouvrant grands leurs yeux comme l’avaient fait ceux qui étaient venus jouer, à l’école. Puis, l’un des nouveaux venus le prit par-dessous les bras et l’emmena dans l’engin volant :
Il n’y a personne ici, mon garçon, tu es certain qu’il n’est pas rentré ?
Mais oui, répondit Ralato. Il se cache, c’est tout, et il est très fort ! Il est là : devant le rocher du milieu.

Tous se figèrent devant l’apparition de ce frêle garçon tremblant qui venait de surgir comme par enchantement. Les soldats, aussitôt, se crispèrent : ils avaient compris qu’un imprévu se produisait. D’un regard, le sergent fit signe aux autres de se tenir prêts. Les hommes blancs hésitaient, débattant mentalement sur la conduite à adopter. Après un hochement de tête, l’un d’entre eux avança doucement vers Fabio, tandis qu’un second s’agenouilla aux côtés de Ralato :
Il se cachait comment, ton frère ? demanda-t-il.
C’est notre jeu : je ne dois pas ressentir sa présence et il est fort à ce jeu-là !
C’est vraiment ton frère ? Réponds-moi honnêtement, c’est important s’il te plait.
Oui. Il s’appelle Fabio et on est né le même jour ! Maman dit souvent que c’est un don de Dieu, même si Papa, il n’aime pas trop çà…
Le premier Mental consulta une fiche, se figea puis communiqua l’information à ses collègues :
Il dit vrai : Fabio Ouli, date de naissance identique. En fait, c’est l’ainé des deux de six minutes.
Soudain, leur attention fut attirée par l’homme en blanc auprès de Fabio : il tombait à terre, les mains crispées sur la tête. Un cri mental s’éleva au même moment dans l’esprit de tous :
« RALATO, ILS VEULENT NOUS EMMENER LOIN DE CHEZ NOUS ET FAIRE DE NOUS DES SOLDATS ! VIENS VITE, IL FAUT FUIR  ! »
Les autres en furent pétrifiés, assimilant difficilement tant d’informations : deux frères, Mentaux ? Impossible. De toute l’histoire des Mentaux de MaterOne cela n’avait jamais été. Et que dire d’un enfant capable de leurrer leurs pouvoirs, de foudroyer l’un des leurs et de projeter une onde mentale de cette puissance ?
Tout cela était im-pen-sa-ble !
Les soldats avaient également reçu le choc psychique, mais ils étaient entrainés pour ce genre d’évènements et conservaient leur sang-froid. Un genou à terre, leur chef leva son arme, suivi par ses subordonnés.
En joue ! hurla le sergent en visant Fabio.
Ne tirez pas ! Il nous le faut vivant ! lui ordonna un des infirmiers.
L’homme au pied de Fabio était inconscient, le jeune garçon focalisa alors le point blanc sur le militaire le plus proche qui le menaçait : immédiatement, celui-ci roula des yeux et cria, rejetant la tête en arrière. Les autres allaient lui faire du mal, Fabio l’entendait très clairement dans leurs esprits.
Bon Dieu, on fait qu... AAARGH ! hurla le sergent avant de s’écrouler.
Le dernier soldat ouvrit le feu au moment même où l’attaque mentale le frappait : il s’effondra à son tour sur le sol, alors que son arme tirait quelques cartouches, tuant net l’infirmier évanoui aux pieds de Fabio. Ralato regardait toute la scène, terrorisé. Il ne bougea pas jusqu’à ce qu’il voit son frère emporté par la dernière balle. Il se jeta hors de l’appareil et couru vers lui, près des rochers où il tomba à genoux à ses côtés :
Fabio ! Que s’est-il passé ? Qu’est ce que je dois faire ? Fabio !
J’ai mal… Ralato, j’ai… très… mal… murmura Fabio également en larmes sous l’impact et la douleur.
Le projectile lui avait traversé le poumon droit, se glissant entre deux vertèbres. Il ne pouvait plus respirer et suffoquait, en état de choc. Il voyait Ralato crier, pleurer devant lui, mais ne l’entendait plus distinctement. Par contre, le point blanc était réapparu tout seul sur ses yeux grands ouverts. Chose étrange, il bougeait et grossissait, semblant même vibrer. Fabio sentait ses dernières forces s’évanouir, mais il était captivé par le spectacle : le point s’était multiplié en des milliers d’autres, dansants maintenant autour de lui dans une farandole féérique. Progressivement, ils s’agrandirent, puis prirent des couleurs différentes, des formes anodines, translucides : une cafetière et un caillou parurent aux côtés de Ralato. Plusieurs instruments de musique, un pneu et une lampe de chevet tournaient dans le voisinage des hommes en blancs, mais une majorité voletaient près de Fabio lui-même. Leur lueur interne vibra, apaisant le jeune garçon qui prenait conscience du retour de ses forces. Encore quelques secondes et il put inspirer un grand volume, comme si ses poumons s’étaient regonflés malgré la blessure. Il hurla sous la douleur et sentit même de l’air s’échapper de sa plaie, mais il allait vivre, il le savait.
Il allait vivre !
Sa tête lui tourna, il tomba sans connaissance sur l’herbe rougie de son sang. Ralato continuait de pleurer : pauvre garçon impuissant devant les souffrances de son frère. Une piqure dans le dos, violente, il se retourna : les derniers hommes en blancs approchaient, porteurs de pistolets de forme étrange. Il les détestait tous, il allait se venger d’eux. Le jeune Mental se concentra, mais reçut une seconde piqure et ses forces déclinèrent. Tombant à terre, il hurla sur ses ennemis sa colère. Ceux-ci s’arrêtèrent, l’un d’entre eux recula même d’un pas. Mais les paupières de Ralato étaient devenues de plomb, malgré toute la rage qu’il ressentait. Une dernière fléchette anesthésiante acheva le travail et le garçon sombra à son tour dans l’inconscience. L’image qu’il conserva fut celle de ce gros engin volant qui avait déchiré la naïveté de leur enfance en y apportant violence et mort.

Un avertisseur ramena brusquement Ralato à l’instant présent : les radars clignotaient, signalant par plusieurs points ce qu’on lui décrivit comme des missiles verrouillés sur leur navette.
Le ministre se surprit alors à sourire : jamais aucun tir n’avait pu toucher Fabio et ce n’était pas un hasard. Le Stuffy souriant avait donc compris ses intentions et relevait le gant.
« Un excellent moyen pour tester mes nouvelles capacités. » songea Ralato.
Il en appela aux centaines de petits objets translucides qui flottaient dans l’habitacle et ceux-ci s’empressèrent de lui communiquer autant de force qu’il le souhaita.


SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: iGerard,TheDelta - Acteurs : Raoulito: narration & Ralato, My-eve: fabio, Tezio-tristan-mik180 : infirmiers et sergent, Derush/montage:Gvillaume/Numa, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

VOTRE NOUVELLE SÉRIE FORCES MENTALES EST PRÊTE A ÊTRE TÉLÉCHARGÉE ( http://forcesmentales.fr )

LE CHAPITRE 13 DE REDU EST DISPONIBLE DANS VOS LIBRAIRIES PREFEREES (et sur le site de http://RedUniverse.fr)
com redU