Red Universe

Red Universe

La plus grande saga intergalactique jamais racontée en podcast

raoulito

Des réfugiés vont découvrir les secrets enfouis sous des années d’oublis et de honte. Confrontés à des choix et des conflits sur leur modèle de société, ils avanceront vers leur but ultime, là où se concentrent leurs espoirs : la planète rouge. Chapitres entiers http://reduniverse-chapitres.podcloud.fr Chapitres spéciaux http://reduniverse-speciaux.podcloud.fr Et pour plus d’immersion, les livres illustrés http://reduniverse.fr/livres-numeriques/

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch1 Ep11

episode011.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

L’heure du grand départ avait sonné.

Était venu le moment des séparations, les regards humides croisaient les adieux plus démonstratifs tandis que d’autres voyageurs observaient le fond de l’univers, le cœur ouvert à l’avenir.

Pour l’occasion certains sas d’accès et certains hublots avaient été ouverts, on avait même laissé toutes les massives portes des hangars béantes, augmentant de fait le chaos des adieux.
Phil terminait d’installer ses affaires et son chat dans sa cabine: en tant qu’officier il avait droit à une cabine personnelle, quelque peu étriquée, certes, mais largement suffisante pour Vivagel, celui-ci nécessitant surtout la présence d’une moquette, d’un lit et d’une télévision! Il sourit en se demandant quelles genres de rediffusions allaient être proposées durant le voyage? Vivagel deviendrait-il un amateur de vieux téléfilms ??

Par la verrière principale, sur l’avant du vaisseau on pouvait apercevoir la tribune officielle, où le gouverneur de la province ainsi qu’un ministre inconnu prenaient place, accompagnés de leurs valets et conseillers..
D’ici une heure ou deux ils allaient tous lire leurs discours, probablement félicitant les courageux pionniers allant installer la race humaine à des distances encore jamais atteintes par des civils, leur souhaitant bonne chance…
..et surtout bon débarras!!
Ce qui était en train de devenir un système dictatorial ne pouvait que se réjouir du départ simultané de tant d’opposants potentiels! Il était probable que des espions ou des pièges avaient été installés à bord des vaisseaux, il allait falloir les trouver et les neutraliser. Peut-être des balises ou des bombes qui sait? Il fallait être pragmatique: même contents de les voir partir, les futurs dirigeants de Mater One avaient très certainement pris des précautions, et c’était également une partie de la responsabilité de Phil de veiller à la sûreté des matériels et à leur bonne tenue..

Quatre heures plus tard, les discours avaient pris fin. Le commandant Benkana ordonna la fermeture des orifices et le passage en atmosphère artificielle du vaisseau.
Pendant que les gigantesques panneaux des hangars se fermaient, un groupe de jeunes filles en tenues traditionnelles secouaient de petits mouchoirs blancs, signes de bon voyage, ou d’enterrement suivant sa culture..
L’Orquestre Philharmonique de la province joua un air pompeux, duquel était, dit-on, inspiré le futur nouvel hymne planétaire de Mater One, une manière simple mais peu subtile de congédier les candidats au départ.

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch1 Ep10

episode010.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Évidement la question de l’argent à bord avait été posée: y aurait-il des riches et des pauvres durant les 3 ans de voyage? Devrait-on gagner un salaire pour se nourrir, et surtout comment? Il était de toutes façons bien trop risqué de laisser toute une population livrée à elle-même sans occupation! Cela se termine souvent mal: le travail est une des rares vertus que les masses comprennent: cela leur évite de réfléchir à leur sort. Ils pourraient avoir envie de rentrer et faire cessetion !!

Donc on avait pensé le voyage de la manière la plus simple: l’abolition du système monétaire durant la durée du trajet. Les comptes en banque étant stockés sur des banques de données, charge aux migrants de trouver sur leur future planète une base physique à cette monnaie (or, platine, lithium..)

A bord on avait mis en place un standing de cabine lié, si possible, au niveau social de départ du locataire, l’alimentation était gratuite pour tous (un système informatisés de réservation permettant à tout un chacun de choisir son lieu de restauration suivant les places disponibles), et une fonction utile à la communauté ou au fonctionnement du vaisseau avait été attribuée, même a mi-temps.. Heureusement, le simple fait de gérer et d’organiser la vie de 50000 personnes en donnait du travail à pratiquement la moitié! En tenant compte des spécialités de chacun, on avait pu également étoffer les équipes du vaisseau, il restait encore une partie de la population de l’ordre du quart, qui n’avait pas de fonction..

Charge à eux et aux autres de leur en trouver une pour les trois ans a venir!

L’Exode était un mouvement volontaire avec, de plus, un but clair: fuir un régime de plus en plus autoritaire, pour rejoindre Antares IV.

Partant de ce constat il avait été supposé que cette petite société humaine, liée elle même à celles des sept autres transporteurs, allait rester relativement soudée car désireuse d’aboutir sur la nouvelle planète pour s’y installer.

Les commandants tiendraient un conseil suprême de la flotte, assurant la stabilité hiérarchique et politique durant le voyage, on y accepterait une sorte de parlement composé de représentants civils de chaque vaisseaux, mais il n’aurait qu’un rôle consultatif et informatif, pas décisionnel. D’ailleurs une des premières occupation de la flotte sera de tenir dès les premiers mois, des élections sur les sept transporteurs!

Cela sous-entendait un système de médiatisation de l’information que les réseaux de la flotte récolteraient et feraient parvenir à tous les vaisseaux…

Enfin, le plan de vol, quoique standard, devait tenir compte de plusieurs éléments tels que les besoins en ravitaillement, les obstacles gravitationnels (obligation de revenir à la vitesse infra-luminique durant certaines parties du trajet pour éviter un trou noir ou une étoile trop massive..) et les zones connues pour leur piraterie endémique..

Le chemin était donc bizarre, formant plusieurs ellipses pour contourner des dangers ou rencontrer des zones de ressources..

Phil le technicien, Azala la princesse déchue, Benkana la commandante, Pofeus le contre-amiral, Ralato et Fabio Ouli les frères mutants, Mater One planète bleue, chaude et répressive et Antares IV planète rouge, froide mais pleine d’espoirs…

L’aventure a déjà commencée…

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch1 Ep9

episode009.mp3

Télécharger l’épisode⎮⎮ S’abonner

Des gigantesques files d’attente de plusieurs dizaines de kilomètres qui sillonnaient la région, il ne restait pratiquement plus rien. Les millions de véhicules avaient été soit démontés comme frets, pour certains passagers ayant acquittés le forfait prohibitif, ou alors désossés pour les stocks de pièces détachées durant le voyage. Les restes ayant été concassés et envoyés aux grandes usines de recyclage du nord de Mater One.

Les derniers véhicules de retardataires arrivaient donc aisément au pied du transporteur, négociant ou non une place à bord du vaisseau. Théoriquement toutes les cabines avaient déjà été assignées, mais une marge existait: un petit pourcentage laissé volontairement vaquant pour ce genre de cas, également des emplacements « bas de gamme »: vétustes ou très mal placés et non réservés. Un marché noir s’était développé naturellement autour de ces logements, alimenté par des employés de bord peu scrupuleux et des clients peu regardants..

L’Exode n’était pas une croisière d’agréments, ceux qui voulaient partir en estimaient le besoin ou la nécessité. Le nouveau régime qui se dessinait ne leur offrirait pas de vie facile, voire les persécuterait!! On raconte cependant que dans certaines familles, on envoyait à l’Exode des personnes dont on voulait se débarrasser: des jeunes trop insouciants ou des vieux trop remuants dont le départ soulageait ou arrangeait les autres membres .. Le monde évolue mais les mentalités demeurent..

Ressemblant, de loin, à une grosse guêpe, le transporteur faisait partie de cette série de paquebots spatiaux de très gros tonnage destinée aux voyages d’agréments et aux transports de fournitures vers les zones de développements hors système planétaire. Conçu pour convoyer de nombreux passagers et un fret parfois volumineux, ces vaisseaux avaient eu leur gloire à une période où on croyait à la matière première spatiale bon marché.. Les nouveaux modèles étaient plus rentables: moins gourmands en lithium, plus petits, plus maniables et plus rapides pour éviter les pirates. On se demandait encore il y a quelques années ce qu’allaient devenir ces gros monstres de métal inutiles..
L’Exode tombait a point nomme!
A bord, il y avait plusieurs classes de cabines, plusieurs classes de restaurants, des cinémas, des salles de sport, un planétarium, 8 hangars géants d’appontage ou de stockages, quelques navettes de transport etc..

Pour la sécurité, un espace sous le vaisseau était réservé à une petite base aéro spatiale avec 5 chasseurs légers et un sas spécialement dédié ainsi que sa caserne de soldats, plusieurs postes de police et supplétifs étaient également disséminés dans le vaisseau, permettant une proximité censée rassurer la population. Enfin, le système des tourelles de défenses et des quelques torpilles se situait près du poste de commandement, situé à l’avant comme il se doit!
Un grand nombre de pont cloisonnait ces zones du reste du vaisseau, plusieurs artères principales de la taille de véritables avenues (plus larges que hautes en fin de compte) le parcouraient dans le sens de la longueur, tandis que seuls des couloirs rectilignes en reliaient les flans.
Toute la population des 50000 personnes devraient y trouver leur place et s’y mouvoir, dans la mesure ou les grands axes resteraient praticables. Sinon il y avait un service de navettes tubulaires, une sur chaque flan, d’où l’on pouvait parcourir assez rapidement le vaisseau tout en admirant le paysage spatiale, les tubes étant fixés sur la coque extérieure.
Mais il restait une question..cruciale..

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch1 Ep8

episode008.mp3

Télécharger l’épisode ⎮⎮ S’abonner

Azala marchait mécaniquement dans le couloir, essayant de cacher son visage derrière les volutes de son voile de soie blanche. La surprise du nom du commandant du vaisseau, les appels internes annonçant la revue des troupes pour le discourt.. Elle n’avait pas hésité une seconde, enfilant ce qu’elle trouvait (ce qui pourrait la camoufler) elle parti vers le hangar de la revue, laissant sa femme de chambre perdue seule au beau milieu du déballage des valises!

Quand Aurora était apparue dans la vaste salle, Azala avait senti son cœur se serrer à lui en faire mal, elle avait dû s’accrocher à la rambarde, ses jambes se dérobant sous elle, et respirer profondément comme pour des exercices de méditation. Le pire fût lorsque leurs regards se croisèrent, elle n’avait rien trouvé de mieux que de hocher la tête! Quelle sotte! Elle n’était même pas certaine qu’Aurora l’avait reconnue, cela faisait des années qu’elles n’étaient plus…

Azala s’arrêtait un instant devant un hublot donnant sur une rampe d’accès du transporteur.

…oui, c’était peu après l’exécution de son père, le Roi, à l’époque où, encore jeune princesse gâtée et insouciante, elle avait dû soudain admettre qu’elle serait au mieux orpheline, au pire exécutée dans l’année !!
Son univers s’était volatilisé, son père ne la prendrait plus jamais dans ses bras..
Et c’est à ce moment que la lieutenant Benkana était apparue à ses cotes..
Et elle l’avait soutenu…
Et elles s’étaient aimées..
Puis le danger écarté, Azala s’était retrouvée seule avec son chagrin…
Et une fois encore, alors que le destin semblait à nouveau la mettre a l’épreuve, Aurora réapparaissait, telle un ange venu du ciel!

Azala renouvela ses exercices de respiration, tentant de refluer le plus d’émotion possible pour définir une stratégie, choisir une approche, bref reprendre ses esprits.
Plus tard, marchant au milieu de la foule, elle se posa enfin la question: pourquoi?

Le hasard peut certes faire des choses, mais pas en politique, pas lors de l’Exode, pas à ce niveau! Quel pouvait bien être le nouveau rôle de la commandant, y avait-il un rapport avec sa présence a elle?!
Quel déchirement: Azala désirait hardament se sentir enlacée à nouveau par cette femme, mais elle ne pourrait pas lui faire confiance et devrait rester sur ses gardes! Comment faire pour l’approcher sans que cela ne soit trop évident?

La solution à son dilemme se heurta à elle devant ses quartiers quand Georgy l’aide de camp du commandant Benkana apporta, trop pressé, l’invitation d’Aurora.

Podcast
En cours de lecture

RedU T1 Ch1 Ep7

episode007.mp3

Télécharger l’épisode ⎮⎮ S’abonner

Aurora Benkana n’était pas une oratrice, elle détestait même ces exercices de communication où le moindre mot comptait, où la moindre intonation devait être contenue et réfléchie, mais elle n’en ignorait pas la valeur: la plupart de ces hommes et femmes ne la connaissait pas, il s’agissait donc de se présenter, de nouer un contact un peu plus intime avec eux, humanisant ce qui allait faire la majorité du temps à bord du transporteur: discipline et consigne!
Elle allait donc axer son discourt sur le besoin de cohésion entre les membres d’équipage, encore fallait-il en rappeler l’impérieuse raison !

Nous allons être seuls!
Seuls comme jamais nous n’avons connu cela.. Dans le voyage que nous entreprenons vers la planète Antares IV, nous ne pourrons compter que sur le soutient de la flotte, et cela ne suffira PAS!
Elle marqua une pause, son assistance était visiblement médusée par son introduction, lui offrant ainsi toute leur attention..

Je suis la commandant Aurora Benkana! Nombreux d’entre vous me connaissent de réputation, mais très peu ont déjà eu l’occasion de servir à mes cotes.
Je n’accepte pas la faiblesse au combat, j’en ferais de même lors de cette expédition: je vous demanderais à tous de donner le meilleur de vous-même car c’est le MINIMUM nécessaire!! “

La flotte de l’Exode va attirer les convoitises de toutes sortes: des marchants, des pirates, nous allons devoir traverser des régions inhospitalières de l’espace, notre planète mère sera trop contente de se débarrasser de nous pour nous procurer la moindre assistance et je vous rappelle qu’il ne s’agit en aucune façon d’une mission d’ordre militaire, c’est à dire que nos armements seront limités et peu performants..

Enfin, durant cette année de voyage, il nous faudra nous préparer à l’installation dans la nouvelle colonie, dans des conditions difficiles, et cela sera notre futur.
Oui nous allons bel et bien être seuls, mais avec un espoir au bout de la course.. Et je ferais TOUT pour que chacun d’entre vous y arrive et puisse reconstruire un foyer avec ceux qu’il aime. Croyez en la flotte, croyez en moi et surtout croyez en vous: en vous-même d’abord puis en vos sœurs et frères d’arme qui ,à vos cotés, sont la chair et le sang de ce vaisseau!

Nouvelle pause, un peu plus longue.

Aurora laissait son regard couler sur l’équipage, plus pour imposer sa présence qu’à la recherche d’interlocuteurs: au mieux laisseraient-ils échapper quelques haussements de sourcils, quelques mâchoires seraient nouées mais ce genre de moment n’était pas un débat collaboratif, c’était même plutôt l’inverse!

Son regard de figea soudain sur une silhouette féminine de blanc vêtue a demi cachée dans la pénombre de la passerelle surplombant le hangar.
La tête de la silhouette se pencha doucement en une discrète salutation, le voile léger de soie la recouvrant voleta quelques secondes puis se remis en place. Aurora sentit sa mâchoire trembler, elle pouvait, du moins lui semblait-elle, sentir le poids du regard de cette personne. Mais c’était sur sa peau que tout le passé revenait, des frissons la parcouraient, jusqu’à réveiller des sensations oubliées dans ses recoins les plus intimes.
.. Ainsi elle était LA !

Son aide de camp tourna la tête, la pause était trop longue, lui aussi se posait des questions..
Aurora n’avait plus le choix, d’une voix qu’elle espérait à peu prêt sure d’elle, elle clôt le discourt, fit rompre les rangs et passant à coté de son aide de camp, elle tourna la tête une dernière fois vers la silhouette qui s’éloignait dans l’obscurité de la passerelle.
Georgy, la princesse Azala est à bord de ce transporteur, faites lui passer mes amitiés, et invitez là à prendre une collation dans mes quartiers après la transition vers le multiSpace , merci..
A vos ordres mon commandant! répondit Georgy, effectuant son salut réglementaire. Il s’en alla d’un pas rapide se renseigner où trouver la princesse.