Retrouvez les livres Red Universe sur toutes vos plate-formes préférées :)  
Rendez-vous sur la section consacrée pour en savoir plus et soutenez-nous ou faites un don à l’équipe :)

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮S’abonner

Stuffy courait aussi vite que possible à l’intérieur de la forêt de tuyauterie et de pipeline composant la station de pompage. Elle remontait l’oxyde de Lithium à la surface et procédait à un premier filtrage en vue de son stockage pour l’expédition vers les raffineries de Tb-01. Une telle complexité d’ingénierie pour entasser tout le système, sur une plateforme de taille modeste comme celle-ci, relevait de l’art et elle n’avait évidement pas été prévue pour y simplifier un déplacement rapide ! Contournant une série de soupapes, glissant sous un réservoir quelconque, escaladant une grille, il sentait bien que son masque respiratoire était au maximum de ses capacités, peut-être même que les petites bouteilles d’oxygène placées sur les côtés atteignaient les limites d’autonomie, combien de temps lui restait-il ? Ces masques étaient conçus pour les orthoptères, différents de ceux destinés à l’utilisation sur la station, qui fonctionnaient à base de bouteilles de large capacité. On y gagnait en mobilité ce que l’on perdait en capacité.

Une explosion, au loin. Apparemment Paul avait déclenché une réaction en chaîne, il serait préférable de ne pas traîner par ici. Sauf surprise, on ne comptait qu’une seule zone d’atterrissage pour orthoptère, celle par laquelle ils étaient arrivés, et elle était alors vide. Heir et ses gardes avaient-ils été déposés auparavant ? « Il y a des capsules de sauvetage normalement dans ce genre d’installation flottantes. On devrait pouvoir les trouver ! Intervint Ralato, revenu des brumes de ses contradictions.



  • Tiens ? Tu es revenu à toi ? Navré mais il a fallu que je prenne les commandes car tu n’étais plus en état de réagir correctement.


  • Merci. Rends-moi mon corps tout de suite.


  • Attends, j’atteins cette plate-forme et…


  • J’AI DIT TOUT DE SUITE !!


  • Oula, okay comme tu veux ! »

Et en plein équilibre, ralato sembla comme sursauter, il lâcha prise et tomba lourdement contre une sortie de ventilation. La douleur l’aida à reprendre contact avec ses muscles, son squelette, sa peau… « Aïe ! Tu étais prévenu. Pas la peine de faire une crise, je n’avais pas l’intention de le garder ton corps. » Ralato ne répondit pas, occupé à tenter de se remettre debout, sentir à nouveau l’air entrer et sortir de ses poumons. Inexplicablement, Heir avait touché le Lieutenant au plus profond des bases de sa psyché, tous ses mots avaient été calculés, pesés, parfaitement dosés. Sans la présence de Stuffy, que serait-il advenu de lui ?


Un déchirement crissa le métal juste au-dessus, suivi d’un bruit de tonnerre. Des fumées chimiques sous pression fusèrent par les orifices, obligeant Ralato à vite s’éloigner sans réfléchir. « Il fallait s’y attendre, il nous a retrouvé ! » cria-t-il à haute voix autant à son intention qu’à celle de Stuffy. Entre deux contorsions, il jeta un œil derrière lui : Hoù n’était pas très loin, une centaine de mètres, mais sa corpulence le ralentissait dans cette jungle industrielle, il se débarrassait d’ailleurs de sa sulfateuse pour prendre une arme de poing. Un tout petit peu trop loin pour frapper Mentalement sa proie, il lui faudra rattraper Ralato s’il voulait l’atteindre d’une sonde active, Stuffy était du même avis : « Au moins on n’aura plus à craindre la mitrailleuse, reste qu’on va avoir du mal à s’en débarrasser.



  • Alors on va lui tendre une embuscade.


  • Bien sûr ! Notre dernier tête à tête nous avais si bien réussi : il nous avait presque laminé quand le reste de l’équipe était arrivé !


  • Mais on n’a pas le choix. Ce… »

Sans signe annonciateur, une puissance vague Mentale se brisa sur les barrières de Stuffy et Ralato ! Celles-ci tinrent bon, mais en plein équilibre, il rata une prise et tomba de haut sur un stock de canalisations diverses en attente de remplacement.


Hoù arma son revolver : il l’avait bien touché cette fois, le soldat ne bougeait plus, on voyait ses pieds dépasser d’un tas de  tuyaux entreposées. L’autre ne s’était pas attendu à ce qu’une onde Mentale puisse l’atteindre à cette distance et le crâne de Hoù lui faisait mal tant il avait dû pousser ses facultés (bien au-delà de ce qu’elles pouvaient théoriquement supporter). Mais ce soldat de MaterOne avait le don extrêmement irritant de lui résister ! Non content de s’échapper de la maison des plaisirs, il l’avait tourné en ridicule devant son Maître et même blessé son frère d’arme. Les ordres étaient clairs : le soldat devait mourir, et Hoù allait enfin s’en charger tout de suite. Pas après pas, le géant Souriant se rapprocha de sa proie, tendant les bras en position de tir, l’arme bien serrée entre ses poings, il visait les chaussures qui dépassaient, et tira à deux reprises. Deux balles, trouant les chaussures et le pantalon, l’autre allait avoir du mal à courir maintenant ! Soudain une puissante onde Mentale le frappa, l’obligeant à baisser sa garde et une barre-à-mine s’écrasa sur ses mains, faisant voler son arme ! Il grogna sous la douleur, se plia en deux instinctivement puis se redressa : il en fallait plus pour le terrasser. Tout se passa alors très vite : l’agent Ralato, en slip, pieds nus, lui assena un second coup de barre-à-mine en pleine tête ! Le choc fût tel, que ses lèvres scellées se déchirèrent, libérant un mécanisme contenu à l’intérieur de la cavité buccale, composé de plusieurs petits tuyaux emplis d’un liquide verdâtre. Il tournoya dans les airs quelques secondes, pour finir par se coincer entre deux grilles, des fumerolles vertes s’en échappant. Poussant d’étranges sons rauques, Hoù, l’invincible géant s’effondrait, les mêmes vapeurs vertes s’échappant également de son nez et sa bouche ensanglantée. Ralato intervint : « Qu’est ce qu’il se passe ?




  • Ne hurle pas, s’il te plait. Tu es tombé dans les pommes suite à la chute, j’ai dû reprendre le contrôle.


  • Quoi ?! Encore ?


  • Je te rends ton corps, vas-y prends-le, j’en veux pas plus que tout à l’heure. »

Et à nouveau, le jeune Lieutenant sembla défaillir puis releva la tête : pour la seconde fois en quelques minutes, il venait de reprendre possession de lui-même. Sur le sol, le géant gigotait comme prit d’une crise d’épilepsie, de la vapeur verte embrumait toujours son visage.


« Je t’écoute, explique-moi. » demanda Ralato en récupérant le révolver et s’éloignant de quelques pas. Il tendit la main dans un enchevêtrement de conduites, farfouilla quelques secondes, puis en sortit l’appareil qui s’était échappé de la bouche scellé. Stuffy proposa sa théorie : « Un diffuseur d’une version modifiée du Nuage de Miel. Ce monstre devait en bouffer à longueur de temps. Un soldat sous stéroïdes, somme toute, c’est vieux comme la guerre.




  • Cette drogue développe également les facultés Mentales, et çà c’est moins courant. Mais je parierais qu’il y a des effets secondaires, addiction, ou détérioration des tissus…


  • Mouais, regarde-le et tu auras ta réponse»

Ralato se retourna : le géant venait de perdre plusieurs centimètres et sa remarquable proéminence n’était plus. Hoù Nião fondait sous ses yeux, littéralement, ses râles semblant ne jamais devoir s’arrêter.


Une nouvelle explosion, plus sourde, lointaine, et le sol commença à vaciller. Il s’accrocha à ce qu’il trouvait tandis que Hoù glissait doucement sur la pente… Déjà des tuyaux roulaient, se prenaient dans d’autres canalisations. La plateforme prenait du gîte, et Stuffy n’aimait pas cela du tout !


« C’est très mauvais ! Viens, on y va. Le gros est neutralisé au moins pour un moment ! Où sont les capsules de secours ?!




  • Normalement du même côté que la zone d’atterrissage des orthoptères, on va devoir revenir sur nos pas ou faire un grand détour !


  • Pas le temps, on fera attention, mais vu la situation, je doute qu’il soit resté quelqu’un dans les parages !


  • Sauf que je vois mal Heir laisser son protégé alors que tout se fait la malle ! Bon allons-y. »

Les stabilisateurs de secours de la station aidant, une sorte d’équilibre horizontal vacillant permit à l’agent Mental de récupérer ce qui restait de ses vêtement percés d’impacts de balles. Quel que soit leur état, il valait mieux éviter de se balader pieds nus dans cet enfer de ferraille en pleine destruction ! Un ultime regard au géant qui suintait son gaz vert : sa peau élastique s’étirait à présent sur des côtes saillantes, les yeux étaient révulsés mais il vivait encore, probablement à l’agonie.


Une nouvelle explosion résonna au loin, faisant trembler toute la station, et une balle ensanglantée perça le réservoir à quelques mètres de lui. Elle venait de le traverser. Une seconde lui entra dans la cuisse, le projectile  restant à l’intérieur.


Ralato s’effondra, se cherchant un quelconque souffle de ses poumons percés.



Soutenez Reduniverse.fr


Prod: PodShows


Réa: Raoolito


Relecture: Icaryon, Andropovitch, Arthur R, Coupie, Quentinus15


Narration: Quentinus15


Acteurs:

Ralato (Raoulito)

Stuffy (Luciole)


Compo: Ian


Montage: Richoult