Retrouvez Red Universe aux Joutes du Téméraires, le 15 & 16 Novembre à Nancy ! L’équipe y tiendra un stand dédié à votre série préférée, et vous proposera une édition spéciale remontée, remixée et remasterisée des nouveaux Chapitres 1 & 2 ( ceux en livre numériques ). Elle ne sera disponible que pendant la durée des joutes !

Alors ne manquez pas l’occasion !

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮S’abonner

« Reprenez votre sang-froid, soldat, et montrez moi de quoi il s’agit ! »

Le soldat bredouillant hésita mais n’osa pas faire front à sa chef, même si ce qu’il avait vu l’avait visiblement terrorisé. Il ne manquait plus que ça à Onawane, alors que les appareils dysfonctionnaient dans tout le vaisseau, un sergent paniqué tremblait comme une feuille en lui racontant une histoire incroyable. Un disjoncteur explosa justement à quelques mètres d’eux alors qu’ils approchaient de l’entrée scellée de l’hôpital. Ils perdirent plusieurs minutes à résorber un début d’incendie avec deux extincteurs.

« Restez ici pour surveiller si tout est bien éteint. »

Mais l’autre ne la regardait pas, il tendait le doigt en direction d’un point derrière elle. Le commandant se retourna d’un trait, la main sur son révolver.

Des dizaines de personnes marchaient sur le même palier qu’eux, mais s’ils avaient été humains, ils ne l’étaient plus. Les malades, désormais morts, avançaient tout droit, indifférents aux objets ou personnes qu’ils traversaient. Un enfant lui passa au travers des chevilles, courant après une sorte de ballon. Mais que faisaient-ils tous ici ? Elle avança prudemment, progressant vers la lourde entrée où l’équipe de chimistes devait avoir terminé l’injection du gaz.

Mais non, terrorisés, ils n’avaient visiblement vidé qu’une cartouche sur les dix, à peine de quoi faire faire une sieste à tous les patients. Autour d’eux, hommes, femmes et enfants cheminaient. Onawane serra les dents. Une distorsion « sauvage », une nouvelle, montrant le passé ou l’avenir. Et ici, un mélange subjectif de frayeurs et de mauvaise conscience généralisé.

Elle ne prêta plus attention aux mirages de ces âmes perdues. Son cerveau fonctionnait à plein régime car elle se devait de trouver une solution, d’autant plus qu’une équipe de journalistes filmait toujours. Ils retransmettaient les images sur les deux transporteurs. Voyons. Si les exodés tremblaient de peur à l’idée de sombrer dans la folie, ils n’en restaient pas moins conscients de l’horreur de la situation. Et devant les images des médias, ils projetteraient les fantasmes d’une culpabilité refoulée au travers d’une de ces distorsions dont la Passe avait le secret…

… Théorie peu convaincante pourtant, les illusions apparaissaient autour de ceux qui les projetaient, pas à des kilomètres.

Devant elle, le caméraman se crispa, faisant son possible pour capter un maximum de la scène, bien que l’ingénieur du son s’était enfuit et que le journaliste, pétrifié, évitait par superstition tout contact avec les revenants. Soudain, la batterie de la caméra gonfla, puis rougit. Le caméraman réagit vivement à l’odeur et l’arracha de l’appareil, la remplaçant à la volée par une nouvelle.

Toute l’électronique flanchait et la distorsion perdurait.

Onawane fixa l’épaisse porte que d’autres mirages franchissaient, cela semblait sans fin. La mauvaise conscience des exodés, hein ? Plus elle retournait le problème, plus il lui semblait qu’un élément majeur lui échappait. L’instinct du stratège. Elle remarqua alors deux petites filles marchant avec leur mère et cela produisit le déclic.

Cette illusion les bernait tous !

Une main hésitante lui toucha l’épaule, le journaliste avait repris un peu de courage et s’en venait interviewer son commandant, accompagné du caméraman qui jouait l’ingénieur du son pour l’occasion.

« Commandant Onawane, pour Ex One Media… Ce… Heu.. cet évènement si nouveau, ces fantômes de nos futurs malades décédés changent-il votre décisiooooooooon ? »

Il se tordit tel un torero, évitant le passage d’une vieille dame édentée parlant à des oiseaux en cage.

« Monsieur Le Limier, c’est cela ?… Vous vous méprenez sur l’origine de cette illusion. Ces mirages ne sont pas tous des personnes malades, certaines d’entre elles ne sont même jamais entrées dans l’hôpital. Le spectacle qui s’offre à nous est une vision du futur, quand tous en sortiront guéris, accompagnés de leurs proches. »

L’autre en oublia la scène autour de lui stupéfié.

« Pardon Commandant ? Vous dites que les malades sortiront ? Mais vous allez les endormir pour… abréger leurs souffrances, non ?


  • Ce ne sera pas le cas. Je n’ai rien à déclarer de plus. »

Onawane s’éloigna, suivant le courant des mirages en direction de la nouvelle section hospitalière. Cette fois Blame allait vraiment faire des miracles, elle en était convaincue : les distorsions temporelles venaient de les lui montrer. La mère ayant mordu ses deux filles, qu’elle avait croisée quelques jours plus tôt solidement sanglée à une civière, allait sortir avec elles, en pleine santé, ainsi que tous les autres.


Forcement, cela changeait beaucoup de choses.




Soutenez Reduniverse.fr


Soutenez Reduniverse.fr

Prod: PodShows

Réa: Raoolito

Relecture: Icaryon, Arthur R, Adastria

Narration: Raoulito

Acteurs:

Onawane (istria)

Le Limier (Darkgueg)

Compo: Ian

Montage: MTIce