Red Universe, ce sont aussi des livres numériques et des thèmes musicaux originaux ! Venez découvrir le site pour enrichir votre expérience de cette grande saga.

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮S’abonner

« Et ce seraient des Dieux qui vous auraient sauvé ? Pouvez-vous… développer ?


  • Développer quoi mon gars ? Les Dieux c’est pas un t’uc qui s’décrit ! Ils sont là, çà brille de pa’tout. C’est comme des anges, mais non, c’est des Dieux.

  • Ha… parce qu’il y a des anges aussi ?

  • Oui, enfin non. Leurs anges ne se baladent pas avec eux, ils sont en mission.

  • … en mission…. »

Momumba Arlington ne savait pas si le capitaine se payait sa tête ou s’il était sérieux. L’autre avait accepté de répondre plus sérieusement aux questions lorsque le colonel les avait lui-même posé, mais la conversation avait vite dérapé sur des explications métaphysiques toutes aussi floues et incompréhensibles les unes que les autres. Carillo tenta de venir en aide à son commandant :


« Capitaine Magellone. Lorsque ces Dieux vous sont apparus, vous étiez déjà dans cette dimension, nous avez-vous dit. Mais votre équipage était-il avec vous ? »


L’autre se rembrunit. Il noua ses mains derrière la table, plissa sa lèvre supérieure qui remonta ainsi les plus hauts poils de sa barbe jusque dans ses narines. Le gros officier rougeaud était visiblement gêné par la question et ne savait pas trop comment répondre.


Arlington et son second attendirent : ainsi placé face à un fait précis, la disparition de son équipage, Magellone allait devoir revenir à des réponses autrement plus concrètes.


La porte de la salle d’interrogatoire s’entrouvrit, et un garde fit signe au colonel. Celui-ci s’excusa et sorti de la pièce. Fabio l’attendait dehors :


« Colonel, laissez-moi l’interroger directement. En tête à tête.



  • Pourquoi donc ? Vous avez des connaissances particulières en matière d’interrogatoire ?

  • De débriefing, Colonel, de débriefing !

  • Oui, débriefing… Mmm, d’accord, allez-y. »

Pendant que Momumba faisait signe à Carillo de le rejoindre, Fabio pénétra dans la pièce, assez satisfait de l’amélioration constante de son emprise sur son environnement et ceux qui s’y trouvaient. Il referma la porte doucement, humant l’odeur de transpiration qui émanait du gros bonhomme. L’autre n’en pouvait plus, il commençait à s’agiter sur sa chaise, visiblement en manque d’activité… ou en situation trop inhabituelle. En tant que membre du service des « affaires mentales », Fabio avait souvent eu à assurer des interrogatoires. Avec ses facultés, cela se révélait facile mais, quelques fois, des réfractaires naturels aux sondes psychiques, des drogués du Boramol ou simplement d’autres mentaux, pouvaient se révéler plus coriaces. Ces gens avaient souvent des choses à cacher. La pression sophistiquée, que seules les équipes des « affaires mentales », routinières des méandres de la psychés humaine, savaient appliquer, conduisait immanquablement les individus à craquer après quelques heures intenses.


Il sentait que Magellone n’était pas fait d’un bois aussi dur. Quoiqu’il cache, il n’était qu’un rouage de la mécanique en cours et seules ses connaissances du plan le rendaient différent d’un individu ordinaire. Il était temps d’arrêter les faux-semblants.


« Bonjour Capitaine Magellone. Je suis Fabio Ouli. Actuellement toute personne qui nous surveille, tout enregistrement qui pourrait être fait de cette conversation est suspendu ou en veille. Je pense que vous me comprenez. »


L’autre le regarda, pas spécialement surpris. Continuant de maugréer dans sa barbe.


« Je jouerais carte sur table. Vous savez sans doute qui je suis. J’ignore la finalité de cette suite d’évènements mais je compte sur vous pour éclairer un peu ma lanterne.



  • Je me demandais quand vous z’alliez inte’venir. On m’avait dit que vous n’au’iez pas d’p’oblème pour nous passer à l’étape suivante.

  • L’étape suivante de quoi ?

  • De la raison pou’ laquelle z’êtes là, bon Dieu ! Vous c’oyez qu’ils s’amusent souvent à embe’lificoter l’espace et le temps pour fai’e venir du monde ici ? Y’a pas beaucoup d’visites dans c’t’ou, croyez-moi !

  • …Ils ?

  • Dans six heu’es, amenez-le à la navette qui m’a reconduit ici. Vous au’ez vos réponses là-bas, si c’est c’que vous voulez !

  • Qui dois-je amener ? Et où allons-nous ?

  • Où ? Mais sur le Positron ! Ne fais pas le naïf, garçon, tu sais t’ès bien tout ce qu’on attend de toi. Maintenant rend la liberté à tous ces pauv’es gens, et on s’voit c’soir.

  • Et vous ?

  • Moi ? J’ai un ’endez-vous à l’infi’m’ie, enfin si on suit toujours les procédures. C’est l’cas hein ? »

 


Effectivement certaines procédures étaient toujours d’actualité et Magellone eut droit de finir l’équivalent de la journée dans l’hôpital du transporteur.



Soutenez Reduniverse.fr

Prod: PodShows

Réa: Raoulito

Relecture: Arthur R, Icarion

Narration: Anna

Rôles:

Andropovitch: Carillo

Magellone : Raoulito

Momumba Arlington : JCK

Fabio Ouli: Zylann

Compo: Ian

Montage: Raoulito