Red Universe Tome 1 Chapitre 25 Episode 5 " Chilico "

Système de Chilico, à l’extrémité de la zone de Khabit.
Comme la majeure partie de l’espace nalcoēhual, les territoires de Chilico se composaient exclusivement de petits corps célestes, météoroïdes et nuages de gaz. Tous tournaient à des vitesses relatives autour d’un minuscule trou noir dont l’origine, comme pas mal d’incongruités astronomiques de Khabit, demeurait inconnues pour la science nalcoēhuale. En raison de leur emplacement, ils ne furent colonisés que tardivement par quelques familles égarées ou rejetées des sociétés principales. La découverte du « minerai rayonnant », cette pierre dont les filons sillonnaient Chilico et qui permettait une interaction psychique de haut niveau, changea la donne. Raffinée et utilisée dans l’électronique des amplificateurs, mélangée au métal des croiseurs et autres chasseurs, elle dominait la technologie nalcoēhuale, lui apportant cette maitrise mentale incomparable, de l’interface aux communications en passant par les procédures d’attaques.
La planète naine Cuitliē, astre majeur de ces territoires, abritait le centre préfectoral et économique. À la surface de l’hémisphère nord, on pouvait apercevoir la partie émergée de la cité, celle présentant le minimum nécessaire aux contacts avec l’extérieur telles les pistes de l’astroport, les grandes antennes et les tourelles de défenses. Le reste de l’agglomération était immergé dans le sous-sol, car le danger de chute de météorite (au mieux) était omniprésent et rendait une hypothétique bulle d’atmosphère trop précaire.
L’agent des mines Xopilat’l manœuvrait son petit véhicule tout-terrain, slalomant entre les dunes et les cratères, évitant crevasses et trous à poudreuse. Officiellement, sa mission du jour consistait en une visite technique de plusieurs sondes implantées à une dizaine de kilomètres vers le sud. Compte tenu du météoritique quotidien, les volontaires ne se bousculaient pas et, bien entendu, la redoutable police de Ti’ltchiti ne risquait pas de le suivre. Elle soumettait les territoires de Chilico à un contrôle strict, résultat d’au moins deux conflits ayant éclaté avec les descendants-mineurs des premières familles. La république n’avait jamais reconnu de statut particulier à cette extrémité de la zone de Khabit ni de droits aux mineurs, vivant difficilement d’un dangereux travail loin des leurs. Car, si l’on trouvait du minerai rayonnant un peu partout, c’était surtout le long d’une des ceintures proches du trou noir central que l’on trouvait les plus riches filons, souvenirs probables d’une origine planétaire maintenant disparue. L’influence de la gravitation et la multitude des météorites rendaient les accidents bien trop fréquents, alourdissant un cout humain déjà bien trop important.
Xopilat’l lança le signal à la latitude voulue et une lumière verte clignota en retour sur sa droite. Le lieu de la nouvelle réunion était donc sûr. Il gara son véhicule au pied d’une des sondes (pour sa couverture) et rejoignit à pied l’excroissance du terrain d’ou provenait la réponse. Une petite heure de marche en lourd scaphandre ne représentait rien pour ce mineur à la corpulence flatteuse, s’il ne lui eut manqué le bras gauche et l’extrémité de ses deux antennes. Plus musclé que la normale, plus grand que ses congénères et avantagé d’un goitre plus large que la moyenne surmonté d’un regard perçant, Xopilat’l imposait les interlocuteurs de sa présence. Sa survie miraculeuse, lors d’un effroyable accident sur la ceinture d’extraction, lui avait valu d’être retiré du travail des mines pour assurer des fonctions administratives sur Cuitliē. On avait sans doute aussi voulu le garder à l’œil, Xopilat’l faisant partie des nationalistes-clés fichés par la police.
Deux amis à lui l’attendaient à l’entrée d’une petite cavité creusée dans la roche, il les salua selon la méthode de Chilico (bras croisés sur le torse) et les accompagna à l’intérieur. Au cas où une patrouille survolerait le coin, elle ne verrait rien, alors que tout le nécessaire pour émettre en multicanal psycho virtuelle était prêt à l’utilisation. Les trois hommes s’assirent en combinaison à même le sol, entourant un étrange appareil dont plusieurs câbles s’enfouissaient dans la poussière planétaire. Ils tirèrent de la base de leurs casques un petit fil qu’ils branchèrent sur le plateau supérieur et se concentrèrent sur la connexion psychique.
Immédiatement, le décor changea. Xopilat’l se trouvait maintenant seul sur l’estrade d’un immense Colisée, face à une foule de plusieurs milliers d’habitants de Chilico, descendants des premières familles ou de ceux ayant rejoint la cause. Partout, on était venu assister au discours du chef, le président de la République cachée de Chilico. Le mineur s’accorda quelques secondes pour observer ses frères et sœurs avides d’entendre ses paroles. Les visages étaient tous brouillés, les voix transformées, car on ignorait combien d’agents infiltrés par la police se glissaient parmi les spectateurs. Seuls les cryptages utilisés confirmaient les personnalités présentes, ceux-ci étant verrouillés à la barbe des services de sécurité.
Xopilat’l leva les bras, la mine grave. La grande nouvelle que tous espéraient ne serait pas encore pour maintenant.
« Mes amis, mes voisins, mes concitoyens ! Je ne peux vous annoncer aujourd’hui ce que nous désirons tous. En tant que responsable du devenir de notre communauté, j’ai le devoir de ne pas décider du grand moment si j’estime que nous ne sommes pas prêts... et ce n’est toujours pas le cas. Nous le serons un jour, soyez-en certains, comme moi j’en suis certain !
L’oppresseur de Ti’ltchiti est encore bien puissant et trop soudé. Nous nous sommes déjà attaqués deux fois à lui et pour quels résultats ? Plus de morts, plus de sévérité et plus de contrôles. Nous savons l’importance que notre « pierre qui chante » représente pour lui, il ne nous libèrera jamais autrement que contraint et forcé. Précédemment, je vous ai fait part de ma réflexion sur ce sujet : tant qu’il aura la possibilité de concentrer ses forces contre nous, nous n’aurons aucune chance de l’emporter. Or en ce moment, un groupe de réfugiés humains... oui, je vous entends bien : des humains... donc ces réfugiés humains résistent pour la première fois à l’armée noire. Ses gigantesques croiseurs n’ont pas réussi à les détruire et, pire pour Ti’ltchiti, l’Empereur-Dieu de Ragnvald s’est joint à eux... Quelque chose se prépare et nous devons rester avertis, mais ne pas intervenir. Je vous tiendrai au courant de l’évolution de la situation. »
Xopilat’l se ménagea quelques secondes avant de poursuivre. Il allait tenter un double message, quelque chose que seuls les vrais descendants des premières familles pourraient comprendre.
« Mes concitoyens, je vous demande d’encore supporter le poids de la servitude. Courbez la tête, ne vous levez pas — pas encore — et conservez dans votre regard la flamme de la liberté qui était, est, et sera, notre guide. Nous avons invariablement su nous relever, quel que soit le bâton qui nous y aidait. Cela s’est produit il y a longtemps, cela arrivera encore. Accepterons-nous de saisir l’instant sans nous poser de questions ? C’est à vous de me le dire, je suivrai alors votre choix comme celui de notre glorieuse communauté souveraine.
Merci, mes amis, de renouveler la confiance que vous m’apportez, j’espère être digne de la tâche que vous m’avez assignée.
Longue vie, et prospérité. »
Et toute la foule répondit, croisant bras contre torses :
« Longue vie et prospérité ! »

Alors qu’ils lançaient l’autodestruction du relai psycho virtuelle, le voisin de gauche de Xopilat’l, son vieil ami Telma’k, ne put s’empêcher d’ouvrir un canal mental et de demander :
« Les humains peuvent-ils devenir ce bâton qui nous aidera à nous libérer de Ti’ltchiti ? C’est ton idée, Président, mais je suis mal à l’aise rien que d’y penser. »
L’autre regarda son compagnon, puis lui posa une main sur l’épaule. Malgré la combinaison, on pouvait sentir la pression s’exercer au travers des épaisses protections et cela avait toujours eu le don de rassurer. Xopilat’l pouvait humer la peur diffuser au milieu des émanations psychiques comme chez tous ceux ayant subi la propagande cyclique de leur ennemi, Telma’k vivait d’aprioris.


Soutenez Reduniverse - Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: Coupie, JMJ, VlM, Xelion, Acteurs : Xelion: narration & Telma'k, Hamzalactus :Xopilat'l, Derush: Zizooo, Montage: Mik180, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Participer aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/

Nous vous attendons !