Red Universe Tome 1 Chapitre 26 Épisode 10 : " La guerre des Stuffies (2)"

(EDIT: 20/07/2018, mauvais fichier, on est désolé!)

Rapidement, le décor changea. Des abords typiques d’une vieille mine désaffectée avec ses poutres vermoulues et ses toiles d’araignées, le Stuffy du ministère pénétra un corridor impeccable à la lumière bleue diffuse, truffé de capteurs et autres caméras.
« Arrête-toi quelques secondes », lui intima son hôte dans un message psychique.
Plusieurs carreaux autour de lui se mirent alors à rougeoyer du sol au plafond, tout y passa jusqu’à ce que le couloir redevienne normal. Un panneau sur le côté s’enfonça et glissa en révélant une seconde galerie.
« Rejoins-moi, maintenant » précisa simplement la voix.
Le mur reprit sa place, Stuffy apprécia l’idée d’un œil connaisseur : si des agresseurs attaquaient, personne ne se douterait que le corridor principal n’était qu’un cul-de-sac, voire un labyrinthe ou un piège fatal ! Le vrai passage était l’accès secondaire dissimulé dès l’entrée de la base secrète... très « Mutualiste » tout cela.
Il déboucha dans une grande antichambre de près de cent mètres de long : des dizaines et des dizaines de membres de l’organisation y étaient alignés, sertis dans leur tenue noire moulante et serrant le poing contre leur torse. Femmes, hommes, leurs durs regards se perdaient dans les hauteurs des parois, mais Stuffy jurerait qu’il s’agissait des personnes originales de ce fameux « cœur » mutualiste. Quelque chose dans leurs influx psychiques, un je ne sais quoi dans leur apparence plus tendue ou fatiguée... impossible de sonder plus loin les esprits, ce serait certainement repéré et mal interprété. Sans compter qu’ils étaient sans doute gavés de Boramol.
Ils levèrent le poing en criant :
« GLOIRE À LA MUTUALITÉ »
, alors que Stuffy franchissait la porte du fond dont les larges ventaux se refermèrent derrière lui.
« Bienvenue » résonna la voix déformée.
La nouvelle salle baignait dans une obscurité presque totale, on devinait la silhouette d’un imposant fauteuil nimbé d’une lueur violette. Stuffy s’étonnait qu’on ne lui ait pas retiré son révolver. Certes, la séquence des carreaux rougeoyants de l’entrée dissimulait sans doute un portique d’imagerie, pour vérifier qu’il ne portait rien d’autre que son émetteur et son arme, mais c’était bien insuffisant quand on connaissait la paranoïa maladive de l’organisation.
La voix poursuivit, alourdie par la déformation :
Les cachets font-ils déjà leur effet ? Cela devrait être rapide.
Je me sens un peu mieux, merci, répondit prudemment Stuffy ministère. Pourquoi tout ce théâtre ? On sait tous deux qui tu es et on vient de se croiser dehors.
Parce que c’est ainsi que cela fonctionne chez les Mutualistes... mon vieux ! Détends-toi, je ne te sens pas dans ton assiette : tu ne peux lire nos esprits, nous ne pouvons percer tes défenses... match nul, parlons !
Alors, comment va notre cher Chancelier ? Toujours en plein délire éroticoparanoïaque ?
Aux dernières nouvelles, il n’a pas condamné des centaines de milliers de gens à la mort, lui. Tu sais pertinemment qu’on t’arrêtera, maintenant ou plus tard. L’organisation des Mutualistes doit être dissoute immédiatement et ses membres doivent comparaitre devant les tribunaux.
Les tribunaux ? Et comment les paierez-vous ? Il n’y a plus d’argent, seuls les militaires ou les Forces mentales peuvent encore intervenir. Nous venons de créer les conditions pour que la vraie révolution commence et elle sera mutualiste ! Tu sais — toi aussi — que j’ai raison, car nous partageons le même gout de la justice !
Je voulais que tu puisses me retrouver ici. Je suppose que tu t’en doutes depuis le début, c’est pour cela que tu as préféré laisser tes troupes dehors.
Stuffy ministère ne répondit pas, il essayait de comprendre à qui il avait à faire. Ce Stuffy mutualiste usait d’un vocabulaire un peu plus châtié que le sien et d’une intonation hautaine. Malgré cela, c’était bel et bien un Stuffy-Quartmac identique qui lui parlait. Leurs références se croisaient, parfois même leurs objectifs ! La finance, l’économie monopolisée par quelques-uns, il ne les appréciait guère, mais ça ne méritait pourtant pas de tuer tout le monde ! Le Mental décida d’abréger, quelque chose de malsain flottait dans l’air.
Suis-moi, un orthoptère atterrira pour nous prendre et tu ordonneras à tes hommes de se rendre gentiment aux troupes mentales.
Hmmm, nous verrons. Dis-moi, as-tu reçu cette note de QuartMac qui prédisait une « transformation » de la psyché des chimères non matures ?
Oui. C’est ce qui fait que je voulais venir te chercher et pas te faire abattre, répondit sèchement Stuffy ministère. Son vis-à-vis avait visiblement choisi de jouer cartes sur table.
Hé, hé, hé... un peu de sérieux. Tu te demandes comment un frère a pu prendre une décision qui te semble aussi abominable, n’est-ce pas ? Tu considères que ce n’est pas possible, qu’une quelconque force extérieure m’a tordu l’esprit pour concevoir un tel projet ?
Stuffy mutualiste glissait doucement dans la véhémence, ce qui ne faisait que conforter le Stuffy ministère dans ses convictions. La silhouette poursuivit avec sa voix déformée :
« La réalité est que tu ignores l’étendue des implications. Mais nous en reparlerons plus tard. Dis-moi, que penses-tu de la multiplication des clonages ? As-tu décidé de transformer les Forces mentales en « Stuffy-land » avec des tas de doubles de toi, petits ou grands, gros ou maigres ? Ne t’es-tu pas demandé si tu n’étais pas l’agent idéal pour augmenter artificiellement les effectifs de ton organisation ? »
Bien sûr qu’il y avait réfléchi ! Une armée de lui-même ou plutôt des bataillons d’une sélection des meilleurs éléments des Forces mentales... mais Stuffy n’était pas mégalomane. Il ignorait ce que l’omnipotence pouvait engendrer, même sur un esprit équilibré, qu’il pensait équilibré, comme le sien. La folie du Stuffy mutualiste, comme les avertissements de QuartMac prouvaient qu’il avait eu raison de s’abstenir.
Tu sais parfaitement que non, répondit-il. Et d’ailleurs pourquoi discute-t-on, là ? Je t’ai demandé de me suivre et de donner à tes hommes l’ordre de se rendre aux Forces mentales !
QuartMac nous a menti ! rugit l’autre. Poféus t’a menti, tout le monde ment ici, tous ne font que se soumettre à la concupiscence et à la luxure ! Je veux un monde honnête, droit et surtout... sans surprise !
Soudain, de grands projecteurs éblouirent le Stuffy ministère, tandis que la porte coulissante derrière lui laissait entrer, autant que sa largeur le permettait, les Mutualistes présents dans l’antichambre.


SOUTENEZ REDUNIVERSE ! - Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: JMJ, iGerard, Acteurs : Bohort: narration, Leto75/Drwolf: Stuffies Derush/montage: Guilitane/VG, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/

Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

VOTRE NOUVELLE SÉRIE EST ENFIN PRÊTE A ÊTRE TÉLÉCHARGÉE
FORCES MENTALES - Juillet 2018
forcesmentales