Red Universe Tome 1 Chapitre 28 Épisode08 : « Frayeur (1)»  

La Princesse Azala suivait d’un pas assuré le Nalcoēhual assigné à son service. Une poignée de centimètres derrière elle, légèrement à gauche comme lors des cérémonies protocolaires, Melba, sa garde du corps lakedaímōn et amie d’enfance surveillait ses arrières. Les traits tirés et les cheveux tenus par un simple élastique, la Brune trentenaire se remettait lentement du traitement que leurs geôliers lui avaient fait subir plusieurs jours auparavant. Pressentant l’efficacité de la combattante, ils n’avaient rien trouvé de mieux que de la paralyser sous des décharges électriques jusqu’à ce qu’un évanouissement s’en suive. Elle était donc tombée inconsciente dans la souffrance et Azala n’osait imaginer ce que cela devait représenter comme épreuve. Leurs regards se croisèrent et, malgré tout, celui vert foncé de Melba demeurait vif et alerte, plus profond que jamais. Nul doute que si la princesse le lui ordonnait, pas un nalcoēhual ne sortirait vivant de la galerie qu’ils traversaient en ce moment.
Il fallait d’ailleurs reconnaitre à la Parlementaire Loxa un respect certain pour la promesse donnée à ses prisonniers. Azala avait assuré qu’elles ne tenteraient pas de s’enfuir s’ils libéraient Melba de la cryogénisation, les deux camps avaient tenu parole. Bien qu’il y ait toujours quelques chatouillements dans les tréfonds de son esprit, preuve d’une activité Mentale à son encontre, on leur épargnait dorénavant les gardes armés, les entraves et les évacuations de couloirs avant leur venue. Leur logement obéissait aux mêmes normes que n’importe quel haut fonctionnaire de Ti’ltchiti et la personne « à leur service » se révélait d’une courtoisie irréprochable. Elle réajusta le petit appareil que l’Empereur-Dieu Godheim, enfin son avatar, leur avait fourni quelques jours plus tôt avant d’être détruit dans le Parlement nalcoēhual. C’était un traducteur instantané qui permettait une réelle et permanente interaction avec cette nouvelle race et civilisation extérieure aux humains. On ne le lui avait jamais retiré, refoulant quelques tics nerveux à la présence d’un instrument de Ragnvald dans la capitale administrative et économique. Passé par d’innombrables censeurs et détecteurs en tous genres, il avait finalement été jugé plus utile que dangereux.
Melba se rapprocha discrètement d’elle pour souffler à son oreille :
Madame, vous sentez cette tension chez ceux que l’on croise ? Il y a une différence d’ambiance depuis que nous sommes arrivées.
Oui, je l’ai remarqué également. Plus de soldats, plus de gens pressés avec des papiers urgents...
Exactement. Et des mines assombries, aussi... enfin de ce que je peux décrypter de ces visages bleus. Plus absents ou troublés. Elle laissa s’éloigner un passant puis ajouta : une chose est sure, ce n’est pas nous qui les mettons dans cet état.
Azala approuva silencieusement de la tête tandis que Melba reprenait sa place. Quelque chose de sanglant trainait dans les esprits de chacun, une menace suffisante pour qu’au cœur de cette puissante république, même les placides fonctionnaires en devinssent soucieux. Qu’était-ce donc ?
L’Exode ?
Non, la jeune princesse ne voyait pas comment la fuite ou l’anéantissement des transporteurs aurait pu inquiéter jusqu’ici. Alors, quoi ?
La réponse à cette question se trouvait peut-être derrière la porte du bureau de la Parlementaire Loxa, à l’origine de leur « invitation. » Tout du moins, était-ce ce qu’Azala avait cru déchiffrer sur le petit hologramme qu’on leur avait adressé au matin. La jeune princesse aux vingt-cinq printemps, ancienne prétendante à la couronne de toute l’humanité, avait fini par percer les premiers arcanes du langage nalcoēhual. Elle y avait découvert, surprise, quelques liens avec plusieurs idiomes tropicaliens et même certains mots courants en langue commune. Godheim avait reconnu que cette race était originaire de « Veora », le nom qu’ils donnaient à MaterOne, et en avait été chassée... par les premières générations de colons humains. Au point de vue de la linguistique, on pouvait supposer qu’une cohabitation suffisamment longue, pour infuser des éléments de langage encore d’actualité, s’était au moins produite au préalable.
Les battants de la porte face à elle s’ouvrirent, la ramenant à l’immédiat. La pièce était assez large et plutôt basse, aux proportions des habitants d’ici, et un bureau s’y élevait au centre, l’éclairage étant assuré par le plafonnier. Quelques décorations ornaient par-ci par-là le maigre mobilier et l’on ne pouvait manquer les représentations, des tableaux affichés sur films holographiques, qui couvraient les murs adjacents tandis qu’un miroir emplissait la paroi du fond. Loxa se tenait près d’une entrée secondaire dans le coin droit, expliquant quelque chose par de secs mouvements de ses bras à trois officiers au garde à vous. La discussion psychique ne transperçait pas jusqu’à la princesse, mais la scène parlait d’elle-même. Quelque chose enrageait la politicienne et elle tenait à le préciser clairement à ses subordonnés. Le fait que ce soient des militaires n’était évidemment pas un indice anodin : une bataille, une guerre, quelque chose du genre se déroulait.
La parlementaire lança un coup d’œil dans sa direction, puis se retourna pour conclure en écrasant son poing gauche dans le creux de l’autre main avant de les congédier. On ne saurait être plus explicite. Elle se rapprocha alors des nouveaux arrivants, simulant une expression chaleureuse visiblement tirée de livres d’histoire humaine.
Ambassadrice Azala et cette chère Melba ! Je suis navrée de vous avoir fait attendre, mais nous sommes quelque peu préoccupés en ce moment. Votre suite et le service associé vous conviennent-ils ?
Ils sont irréprochables et nous vous en remercions. C’est une face appréciable de l’accueil de votre civilisation qui n’est pas assez reconnue en dehors de vos frontières, répondit Azala aussi posément que possible.
Loxa prit un faux air dépité pour répliquer :
Que voulez-vous ? Nous sommes un peuple plutôt réservé, les étrangers ne sont généralement pas... on dira qu’ils ne peuvent accéder à cette partie du Cercle de Khabit. Retrouvant son expression première, elle ajouta : mais installez-vous donc dans ces fauteuils, j’ai fait préparer un lait de Zlabot pour que nous puissions profiter d’une collation. Vous aimez le lait de Zlabot, n’est-ce pas ?
Nous y avons gouté récemment, c’est très raffiné. Je me suis d’ailleurs demandé, comment saviez-vous que nos organismes le digèreraient ?
L’autre lui adressa un grand sourire en guise de réponse. Elle n’arborait plus les envahissants bandages qui la recouvraient en totalité comme lors de leur première rencontre, au pupitre du parlement. Loxa portait désormais une tenue plus seyante, faite d’interminables bottes sombres remontant jusqu’en haut de ses cuisses. Une longue robe aux motifs prune et gris, constituée d’un seul morceau de tissu, s’enroulait finalement autour des hanches. Une sorte de collier présentant plusieurs médailles aux détails inconnus reposait sur son goitre bleu ciel, tandis qu’un foulard or bien ajusté dissimulait ses deux antennes sans doute nouées en chignon. Pas de nez ni d’oreilles, de grandes pupilles jaunes encadrées par une arcade sourcilière proéminente et une absence de poitrine pour les femmes caractérisaient en partie la physionomie nalcoēhuale. Cela avait logiquement surpris Azala lors de leur première rencontre, mais à l’usage elle avait su repérer des différences entre les teintes, les formes du visage ou des yeux. Ici, par exemple, Loxa s’était maquillé les contours des orbites et une nuance très légèrement rosâtre égaillait ses fossettes.
Certaines caractéristiques culturelles traversaient les frontières raciales, semblait-il. Loxa pencha doucement la tête sur le côté, comme si elle tentait de comprendre quelque chose.
Je vous entends penser, savez-vous ? Mais je n’arrive pas à en saisir les termes. Cela dit... vous évoquez mon apparence ou quelque chose de sexualisé, n’est-ce pas ?
Effectivement, je notais quelques similitudes entre le soin que nous portions toutes deux à nos tenues vestimentaires. Malgré nos différences physiologiques, certaines habitudes ou coutumes sont comparables.
D’un geste, l’autre les invita à s’installer autour d’une petite table ou un domestique apportait un plateau. Elle réceptionna sa tasse de lait de Zlabot et en but immédiatement une gorgée, fermant momentanément les yeux, sans aucun égard pour ses « invitées ». Melba et Azala échangèrent un regard : depuis combien de temps n’avait-elle pas absorbé de nourriture ? La Brune lakedaímōn en profita pour se saisir d’une sorte de pâtisserie qu’elle gouta d’abord par petits morceaux, pour en engloutir soudain la moitié, en une fois. Elle ajouta la bouche pleine, à l’intention d’Azala :
Mais... < crunch >... c’est très bon çà !
Melba ? s’en étonna Azala.
Oui, je... < crunch >... sais, mais vraiment vous devriez essayer, Princesse.
Comment refuser ?
Alors que Loxa terminait consciencieusement son lait de Zlabot, l’accueil des invités restant encore une partie bien mystérieuse des coutumes locales, Azala se servit également sur le plateau. Melba et elles se connaissaient depuis leur enfance, il était inutile de préciser que l’objectif de ce petit cinéma était de faire croire à Loxa que les deux femmes se détendaient. Comme on ignorait toujours la raison de ce rendez-vous, mieux valait jouer le jeu en attendant d’en savoir plus.
La parlementaire soupira finalement d’aise en reposant son bol, semblant profiter encore du doux parfum émanant de son récipient vide. Elle reprit la conversation, aussi naturellement que si elle ne l’avait pas interrompue pour son déjeuner.
« Connaissez-vous ceci ? » demanda-t-elle simplement, en désignant la représentation sur l’autre mur de la salle.
L’image historique originale se troubla, laissant la place à un astronef sur toute la largeur de l’hologramme. Azala et Melba se retournèrent et considérèrent l’engin. Ce fut la garde du corps qui partagea ses réflexions, à haute voix :
Fabrication humaine, un vaisseau de la force spatiale. Si j’en juge par l’aspect général, c’est un croiseur. Du bon gros modèle, en tout cas.
Oui, compléta la princesse, il a l’air récent. Où l’avez-vous trouvé, Parlementaire Loxa ?
Ce ne sont que quelques images de sondes que nous avons envoyées au loin dans l’espace. Elle se saisit à son tour d’une pâtisserie et demanda distraitement avant de l’engloutir : je pensais que vous pourriez m’en dire plus ?
Cela ne dura qu’une demi-seconde, mais l’œil de Melba tressaillit tandis qu’un petit spasme à peine visible remua le pouce droit de la princesse. Toutes deux avaient parfaitement reconnu le symbole des Forces mentales à l’arrière du fuselage. Lors de leur départ de l’Exode, le Contramiral Poféus se trouvait à la tête de tout l’appareil sécuritaire civil et militaire et les dieux seuls savaient ce qui s’était passé depuis sur MaterOne.
Une chose demeurait : si une flotte de ce genre d’engin géant ultra moderne venait à pénétrer dans l’espace nalcoēhual, ce ne serait certainement pas en gage de paix.

———-
SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: iGerard,TheDelta,Coles - Acteurs: Coupie: narration, Elioza: Azala, Eloanne: Loxa, RanneM: Melba Derush/montage : Coles/Raoulito, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte, Pia

Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

VOTRE NOUVELLE SÉRIE FORCES MENTALES EST PRÊTE A ÊTRE TÉLÉCHARGÉE ( http://forcesmentales.fr )SERIE AU GRAND COMPLET !

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/