Soutenez Red Universe: Faites un don ou baladez-vous dans notre boutique :)

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮Torrent⎮⎮S’abonner

Ralato s’arrêta à un petit mètre du vieil homme, celui-ci ne le quittait pas du regard, une expression un peu trop malicieuse dépeinte sur son visage ayant traversé tant d’années.

“ Je ne ressens plus le truc bizarre de tout à l’heure, où est-ce passé ? Ça sent mauvais tout ça. ” Les autres souriants continuaient de reculer, s’éloignant du vieux chef et du Lieutenant. Il ne percevait rien dans l’esprit de l’ancêtre, probablement sous Boramol comme les autres. Qu’en était-il des assistants ou des comptables ? “A TERRE !!” Lui hurla Stuffy : à peine sa joue plaquée contre le sol en ciment, il sentit une des tables frôler le sommet de son crâne, emportant le vieux bonhomme pour aller s’écraser contre le mur d’en face ! D’un bon sur le côté, le Mental se repositionna, découvrant, abasourdi un souriant énorme qui sortait de l’ombre, un géant de plus de deux mètres se dirigeant vers lui ! Sa masse était telle qu’il faisait vibrer le sol à chacun de ses pas. Son costume était tendu à l’extrême aux coutures et on se demandait si sa cravate ne l’étranglait pas ! Il était chauve, les joues rondes, de petits yeux visiblement amusés perçaient sous plusieurs couches de graisses, mais le plus étrange était ce symbole de l’alphabet souriant peint sur sa bouche, comme pour y sceller quelque chose. Le monstre prit une chaise et la lui jeta comme si ce n’était qu’un galet sur une plage ! Ralato l’évita encore et décida d’une contre-attaque mentale : contre un type de cette carrure, c’était le seul choix possible. Se concentrant, il projeta une onde de pleine puissance, mais à son immense surprise, l’autre ne recula que de quelques centimètres ! Plissant alors les couches de gras autour de ses paupières, le géant sembla gonfler encore plus sous un afflux de sang vers la tête, et d’un coup il relâcha la pression, écarquillant les yeux tel un possédé ! Une projection de force égale, sinon plus puissante encore que la sienne, s’abattit sur l’esprit de Ralato qui tomba à genoux sous l’impact. Etonnamment, il put ouvrir les yeux sans séquelle apparente, était-ce tout ?

“ Heureusement que j’étais là pour protéger nos barrières ! Mais où avais-tu donc la tête ? Ce type a échappé à nos scans passifs, n’est pas sous Boramol et peut lever des barrières psychiques : C’EST UN MENTAL LUI AUSSI ! ” Il avait devant lui un de ces Mentaux sauvages non repérés par le Ministère, cela arrivait bien sûr, ces gens développaient alors durant leur vie un pouvoir faible, quand ils ne le craignaient tout simplement pas. Pourtant celui-ci était visiblement bien entrainé, alors qui avait pu le former ? L’autre sembla quelque peu déçu par la résistance de sa proie, il décida donc de reprendre le corps à corps, non sans récupérer au passage une chaise qu’il brisa en deux, ne conservant qu’une partie des pieds dans chaque main.

Ralato reculait, laissant autant d’espace que possible entre eux, alors que l’autre avançait,  visiblement de plus en plus excité à l’idée d’en finir ! Au fond, les autres souriants avaient ouvert la porte métallique et s’étaient engouffrés dans ce qui ressemblait plus à un sas qu’à un passage ordinaire, le laissant ouvert pour permettre au géant de s’enfuir.  Il jeta un des pieds de la chaise sur Ralato, l’obligeant à s’abriter de côté où le géant put l’accueillir, bien trop vif, d’un grand coup l’écrasant contre les marches de l’escalier. La violence du choc était inouïe : complètement sonné, il voyait des mouches noires passer devant ses yeux. Mais qu’est ce que c’était que ce type ?! Déjà, celui-ci rougissait, gonflant de nouveau son visage, se préparant à lancer une nouvelle attaque !

“NON, PAS CETTE FOIS !!” Et à la limite de l’explosion, Stuffy projeta une onde vers le souriant alors que le monstre venait, prêt à frapper de nouveau, de baisser un court instant ses défenses ! Il reçut le coup de plein fouet et recula de plusieurs pas, manquant de tomber à la renverse; il s’appuya sans ménagement sur une table qui se cassa mais, malgré toute logique, il put reprendre son équilibre. C’était absolument insensé que quiconque puisse supporter ce genre de scan actif sans, au moins, tomber quelques secondes inconscient, et Ralato était un des plus redoutables praticiens Mental de sa génération, sans même compter les forces de Stuffy !

 

Le géant secoua la tête, retrouva l’équilibre, monta ses barrières psychiques et, pointant un regard noir sur le Lieutenant, reprit sa marche vers lui… puis stoppa : on entendait au-dessus les bruits de bottes du groupe d’intervention sur les planchers et quelques tirs d’armes automatiques percer plus ou moins loin. Les deux adversaires savaient que ces hommes était des agents bien armés et rompus aux techniques Mentales. Le géant souriant regarda une dernière fois Ralato, soufflant d’un coup sec tel un taureau renonçant au combat, et fit demi-tour, s’engouffrant dans le sas en refermant la lourde porte derrière lui. Déjà les soldats dévalaient les escaliers, armes au point, sécurisant la zone autour de leur chef, prenant position sur les côtés du sas ; on l’aida à se relever, l’évacuant vers la sortie. Dans la salle supérieure, au milieu des nattes vides de leurs occupants, Ralato put se ressaisir et tenir seul sur ses deux jambes. Stuffy en profita pour faire le point : “ On l’a échappé belle. Cette histoire est proprement hallucinante : du Boramol, un géant Mental sous stéroïdes, le sacrifice d’un des chefs des Quatre bambous divins


  • C’est évident, tout cela était un piège ! Avec un unique objectif.

  • Toi ? Tu affabules, là ! Qu’est-ce qu’une Triade Souriante irait faire d’un agent des Affaires Mentales ? D’autant qu’ils semblent avoir déjà une certaine pratique des Mentaux !

  • Je ne sais pas, peut-être que..”

Le sol se mit alors à frémir, comme si le bâtiment ronronnait ou grognait en son intérieur tel un chien mal éveillé. Un bruit sourd lointain s’élevait des entrailles de la bâtisse, montant régulièrement en intensité. Un signal psychique d’évacuation immédiate saisit tous les hommes du commando, et Ralato, comme les autres, escalada quatre à quatre les multiples marches de chaque étage, laissant sur place les pauvres hères complètement shootés qui se traînaient au sol ou les filles en larmes, dans leurs coins sombres. Le grondement devenait hurlement, les vibrations du bâtiment devenaient ondulations, les murs se lézardaient, les tentures tombaient au sol, certaines s’enflammaient au contact des petites bougies décoratives. Dernier escalier, le bas relief en forme de dragon se décrocha et se brisa sur les têtes de Ralato et de ses hommes. Heureusement, le plâtre poreux était léger, mais ils perdirent de précieuses secondes ! Ralato hurlait pour presser toute son équipe à sortir, pourtant, au milieu de cette panique, il ne pouvait s’empêcher de parler à Stuffy : “ CE SON, TU LE RECONNAIS ?! COMMENT ONT-ILS REUSSI CE COUP-LÀ ?! ” Courant à l’extérieur, s’éloignant le plus possible de l’enfer qui se refermait sur la Maison des Jouissances, Ralato et ceux ayant put s’enfuir à temps virent le bâtiment en flamme s’effondrer sur lui-même, imploser, pour laisser jaillir, dans un ultime hurlement suraigu de ses turbines au Lithium, un petit croiseur spatial décollant à la verticale ! S’élançant pour disparaître dans les nuages de pluie, l’engin brûla les ruines de la bâtisse ; il emportait dans son sillage les restes des murs, des décorations, les clients ou les filles retardataires, qui retombèrent en s’écrasant sur les toits de tout le quartier, mêlant leur sang aux flaques d’eau ruisselant sur le bitume. Le son des moteurs sifflait encore dans ses oreilles, alors qu’il donnait les premiers ordres, envoyait les premières demandes de renfort.


“ Ils voulaient m’emmener avec eux là-dedans, ils voulaient me refaire le coup du kidnapping ! Le type d’en bas aurait pu me dégommer avec une arme, mais il voulait me capturer vivant ! Tu crois toujours que ce ne sont pas des Mutualistes, maintenant ?



  • Ca y ressemble, oui. Mais ce n’est pas eux, j’en mettrai ma main à couper.

  • Tu t’en fous, tu n’en as pas. C’est moi qu’ils voulaient. C’était un piège du début à la fin : ils savaient que je viendrais, et ils connaissaient la stratégie que j’allais employer ! Il y a des traîtres parmi nos forces !

  • Je n’ai pas eu besoin de traître pour te capturer, tu es bien plus prévisible que tu ne le crois. Mais je suis d’accord sur un point : c’était toi qu’ils voulaient. Ils t’ont laissé les approcher jusque devant l’entrée d’un vaisseau spatial, caché à l’intérieur même du quartier des Souriants, n’hésitant pas à sacrifier qui ou quoi que ce soit pour cela.”

Malgré leur expérience des affaires les plus tortueuses, les deux hommes restaient encore sous le choc : les Triades n’étaient pas connues pour leurs agissements irraisonnés. Ils sentaient qu’ils venaient de mettre le doigt sur quelque chose de vraiment très important. “ Je ne crois pas que la chasse en orbite de MaterOne pourra les stopper, ils sont bien trop malins pour cela ” Stuffy analysait mécaniquement, presque comme l’aurait fait Ralato, et il ajouta: “ Quand des souriants sont en vadrouille et veulent se réfugier quelque part, ils vont vers les leurs. Et dans l’espace, le nid des Souriants, c’est…



  • Les mines de Talbot ” Conclut à haute voix un Ralato amer, le regard perdu dans les profondeurs des nuages réfléchissant les lumières de la Capitale.

La première manche était close : place à la seconde.



Soutenez Reduniverse.fr


Prod: PodShows


Réa: Raoolito


Relecture: Icaryon, Andropovitch, Arthur R, Coupie, Quentinus15


Narration: Quentinus15


Acteurs:


Luciole (Stuffy)


Raoolito (ralato)


Compo: Ian


Montage: Andropovitch