Red Universe, ce sont aussi des livres numériques et des thèmes musicaux originaux ! Venez découvrir le site pour enrichir votre expérience de cette grande saga.

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮S’abonner

La navette terminait son approche et pénétra lentement dans le hangar du petit spatioport situé à la base du Transporteur n°3.

« Amortisseurs inertiels activés. Réduction de la poussée des moteurs à cinq pour cent. Doucemeeeeeent… »

Derrière la vitre du centre de contrôle, le Colonel Momumba Arlington suivait, bras croisés, les procédures d’atterrissage exécutées par son second. Il avait tenu à venir personnellement surveiller l’arrivée de leur nouvel invité, mais ne se méprenait pas sur le sens caché de ces évènements. Tout restait encore à découvrir et à comprendre : leur présence en cette si étrange dimension blanche, le Positron et maintenant Magellone en personne. Son intuition lui soufflait que l’on n’avait encore servi que les hors d’œuvres.

Les pattes de l’appareil touchèrent le sol du spatioport, exactement dans les petites zones délimitées par le quadrillage de peinture rouge. Le Capitaine Carillo et son co-pilote terminaient consciencieusement les manœuvres.

« Crampons magnétiques au vert. On y est. Bon tu passes les moteurs en veille, checking de l’appareil au grand complet, je ne veux pas qu’on  ait des défaillances. On a aucune réelle idée des règles de cet univers. »

Puis jetant un œil à la silhouette du commandant du transporteur, il esquissa un salut et ajouta :

« Nous, on a du pain sur la planche avec le colonel. J’attendrais la pressurisation et l’ouverture des portes avec les autres. Bon travail ! »

Et il tapota l’épaule de son voisin en quittant le cockpit.

 

Malgré la discrétion sur cette affaire, le bruit avait couru dans tout le transporteur qu’un personnage illustre allait mettre pied à bord et une foule de badauds étaient maintenus à l’écart du spatioport par un solide cordon de miliciens. Les administrés d’Arlington étaient déjà trop fervents ces derniers temps, alors le passage dans une nouvelle dimension risquait de décupler les comportements irrationnels. Pas question que la réapparition d’un fantôme du passé vienne se greffer là-dessus, il n’avait pas besoin de problèmes supplémentaires. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il avait préféré garder Phil Goud et sa compagne à ses cotés. Certes cela accréditait leurs importances aux yeux de leurs groupies mais, au moins, rien ne se passerait autour d’eux sans qu’il puisse réagir immédiatement.

Une bonne idée que lui avait glissé leur chaperon, l’officier Ouli. Ouli, Fabio Ouli… Un jour il faudrait qu’il recherche ce nom dans les archives, il lui disait quelque chose.

En bas, tout un peloton prenait place au pas de course autour de la navette, imposant un trajet aux occupants qui allaient sortir du sas en train de s’ouvrir.

Des recherches sur quoi déjà ? Momumba venait de penser à chercher quelque chose mais… non, cela lui échappait maintenant. Il se concentra à nouveau sur le petit groupe emmené par Carillo, qui entourait un gros bonhomme rougeauds, visiblement volubile. Alors c’était lui, Magellone ? Les caméras embarquées l’avaient visiblement aminci. Sa tenue d’officier était bien celle que l’on pouvait voir sur les anciens enregistrements de l’époque, plutôt moulante, d’un blanc satiné, une casquette fine un peu trop engoncée sur la tête. La grosse boucle de ceinture épaisse, aux armes d’une royauté alors toute neuve, donnait la touche finale au tableau.

Il se retourna vers Fabio et les autres :

« Venez. Il va être conduit au douzième niveau pour un debriefing. C’est par là. »

Et tout le petit monde quitta la pièce à la suite du colonel.

 

« …Et vos systèmes de cont’ôle de bord sont v’aiment super ! Là, mon gars, si j’avais eu çà à l’époque, c’est toute la galaxie que j’aurais cartog’aphié !


  • Merci Capitaine, mais ce n’est pas la réponse à ma question. Comprenez bien que si nous vous avons transporté depuis le Positron c’est…

  • Ha oui ! Votre système de housse gonflante pour les visiteuuuuuuuurrs ! Mais c’est G.E.N.I.A.L ! On vous met d’dans et hop, çà vous emmitoufle vot’e homme et on peut vous balancer dans l’vide comme çà ! Ouaaaaa, la vie est t’op belle.

  • Non mais, Capitaine, je… »

 


Cela faisait bientôt une heure que la discussion tournait ainsi, autour de tout ce qui impressionnait Magellone dans les dernières technologies spatiales.


« C’est quand même incroyable qu’il soit toujours vivant. Plus de cinq siècles se sont déroulés ?!



  • mmhmm, mmmm …

  • Pardon chérie ?

  • Elle dit que ce sont peut-être les lois de cette dimension qui conservent mieux. Qu’en pensez-vous Colonel ? »

Fabio orientait sa conversation avec Phil et Adénor sur l’officier supérieur. Celui-ci consultait les rapports préliminaires des objets ramenés à bord par l’équipe de Carillo. Le mental savait parfaitement ce que l’autre lisait mais jouait gentiment à orienter et manipuler à satiété les pensées des uns et des autres, tel un maître de jeu conduisant ses joueurs vers la sortie. C’était si bon de retrouver ses pouvoirs, il pouvait bien s’autoriser ce petit plaisir.


« …Ce que j’en pense ?… Mmmm Je ne sais pas trop. La datation atomique correspond à notre équivalent en années. Les cubes que Magellone prétend avaler régulièrement sont faits d’une substance nutritive qui contient effectivement de quoi survivre. Quoique.. un peu trop nourrissante, sans doute. »


Ajouta-t-il en levant les yeux sur le gros bonhomme qui continuait à s’esclaffer derrière la vitre sans teint. C’est alors que celui-ci s’arrêta et se retourna vers ce qui, pour lui, n’était qu’un miroir. Magellone s’adressa alors directement à Momumba.


« Pou’quoi j’suis sûr qu’y a ici le capitaine de ce bon g’os vaisseau ? Viens donc me voir gamin. »


Et, prenant un air malicieux, il ajouta :


« Si t’a des questions, vient donc me les poser toi-même… »


Arlington regarda les rapports et à nouveau releva la tête. Il était un stratège, et là il naviguait à vue, subissant les évènements plus que les provoquant. La conduite à tenir n’était pas claire.


« Allez-y Colonel, vous ne craignez rien. Et si vous obtenez de meilleures informations ainsi, alors pourquoi pas ? »


Fabio adressa son plus beau sourire à l’officier qui le regarda. Et cela fini par le convaincre. Momumba posa le rapport et franchit la porte du couloir. Quelques secondes plus tard, il entrait dans la pièce d’interrogatoire, serrait la main du gros officier et s’installait aux cotés de Carillo pour la suite du débriefing.


Phil se saisit du rapport préliminaire et le parcouru. Puis, s’adressant à Fabio, il demanda :


« Et qu’est ce qui te fait dire qu’il n’est pas dangereux ? On est tous à flairer un je-ne-sais-quoi de bizarre dans toute cette affaire, autre dimension ou pas.



  • Cet homme n’en veut pas à Arlington. Il est entouré d’une sorte de mur infranchissable qui ne me permet pas de lire ses pensées. Il cache bien son jeu mais, heureusement, un bon mental sait se référer aux attitudes pour compléter ses analyses.

  • Et tes analyses disent quoi ?

  • Pour l’instant ? Qu’Arlington ne craint rien. »

Et pour cause. Par quatre fois, il avait remarqué comme des pointes fusant rapidement de l’esprit de Magellone. L’homme savait parfaitement qui et combien de personne le surveillait, mais une seule attirait son attention en réalité.


Par exemple, ce petit coup d’œil, la direction de ce doigt pointé au détour d’une exclamation anodine… C’était Phil Goud le centre d’intérêt de Magellone, et personne d’autre.


Soutenez Reduniverse.fr

Prod: PodShows

Réa: Raoulito

Relecture: Arthur R, Icarion

Narration: Icaryon

Rôles:

Andropovitch: Carillo

Lorendil : Phil goud

Magellone : Raoulito

Momumba Arlington : JCK

Fabio Ouli: Zylann

Compo: Ian

Montage: Bleknoir