Red Universe Tome 1 Chapitre 24 Episode 09 "Permission sur le pont"

Le général Décembre reprit la parole en premier.
C’est assez énervant de se sentir ainsi forcé et de… … de ne pas avoir la main sur ses décisions.
N’est-ce pas ? s’en amusa Arlington en se redressant. Je vous rassure cependant : il a ses limites. Surtout ici, où il ne dispose pas d’un réseau psychique permettant son intégration dans tous les systèmes. Dans l’Exode, Godheim n’est plus, finalement, qu’un ambassadeur fin joueur.
À la tête de la flotte, néanmoins, la plus mobile du secteur.
Le colonel Sterling-Price apporta cette précision le regard fermé, partageant visiblement une de ses inquiétudes principales. Il poursuivit :
Je ne sais pas pour vous, mais je serai plus rassuré lorsque nous quitterons cet endroit. Si demain, il décide, pour n’importe quelle raison, de nous abandonner à notre sort, les Nalcoēhuals ne nous laisseront pas la moindre chance.
D’ailleurs, intervint Benkana, trop heureuse de changer de sujet suite au passage d’Azala, je vous annonce que Transporteur 7 pourra reprendre la route d’ici quarante-huit heures. Les réparations sont pratiquement terminées et le Compresseur dimensionnel, estampillé Ragnvald, est opérationnel. Encore faudrait-il le tester, mais je ne crois pas qu’on en ait le temps.
Idem pour moi, compléta Junta. En ce moment, nous montons les dernières tourelles de défense et nous installons un nouveau système de communication utilisant un cryptage avancé. L’aide des techniciens de l’Empereur-Dieu a été déterminante.
Sterling-Price sauta sur l’occasion pour interpeler le commandant de Transporteur 4, le ton bien moins avenant que d’habitude.
À ce propos, Junta. Pouvez-vous nous expliquer cette idée géniale de vous immiscer dans les questions religieuses de la flotte ? Nous avons tous pu admirer votre démonstration de force, dans la dernière émission d’Ex-One Média.
Je ne fais que proposer assistance à une partie de la nouvelle population de l’Exode. Rien que de très anecdotiques.
Je vais préciser ma pensée, alors ! Nous vivons une situation critique d’un point de vue stratégique, en équilibre entre deux civilisations surarmées. Un flot inédit de croyance a pénétré en profondeur l’Exode, bouleversant les rapports sociaux internes déjà complexes et vous, vous tentez de provoquer un début de scission dans cette même religion pour un pauvre avantage politique mesquin.
Je vous assure, Junta, que cette voie ne nous mènera pas à quelques problèmes, non, ce serait trop simple : les conflits religieux sont connus pour être les plus dévastateurs, quelle que soit la société ! C’est d’un risque d’autodestruction totale de l’Exode dont nous prenons la direction !
Et je ne peux que confirmer, compléta Momumba Arlington.
Transporteur 3 se trouvant à l’origine de ce regain spirituel, il possédait une sérieuse expérience à ce sujet.
Un silence lourd de reproches s’abattit sur les épaules de Vernek Junta. Sterling-Price, qui représentait une sorte de sagesse non partisane depuis les tous débuts du voyage, venait de tancer vertement le politicien. Il plaçait des mots là où l’on n’avait, finalement, que des soupçons. Ce rôle revenait d’habitude à Benkana, mais celle-ci n’était pas — pas encore — en mesure de reprendre ses joutes verbales avec le frère de sa nouvelle concubine. D’autant que la nomination du Nordiste Anton Pernov, au poste de second de Transporteur 7, ne fut pas considérée comme une volonté d’apaiser la situation, bien au contraire. La rupture, entre Azala et elle, venait de là.
Junta comprit qu’il lui fallait contrer subtilement l’attaque, il présenta donc son joker.
« Je vous accorde que le pari peut sembler… risqué. Mais, il fait suite à une discussion avec madame Choupa, la cheffe de nos assaillants pirates. Lors d’un de nos entretiens, nous avons abordé la question de Godheim… »

*

La promenade le long des baies vitrées était une spécialité des amoureux sur Transporteur 4. Le pont en question était pourtant étrangement calme à cette heure, alors que Junta et Choupa déambulaient tranquillement en profitant du spectacle.
Les cinq autres appareils de l’Exode étaient suspendus au loin dans le vide, éclairés par la froide lueur étoilée. Seules quelques fugaces étincelles d’arc électriques illuminaient les immenses carcasses. Les travaux de réparations avançaient à bon train, rythmés par les aller-retour incessants des corvettes de Ragnvald qui sillonnaient les environs. Elles transportaient fret et personnel technique tout en s’assurant de tenir à bonne distance la flotte nalcoēhuale.
Choupa s’arrêta devant une baie, à mi-parcours. Elle donnait presque l’impression de humer l’air frais du large, qui n’existait évidemment pas. Mais pour une pirate de l’espace, habituée aux corridors étroits, cet endroit devait représenter le summum.
Ces promenades sont bien plus agréables que les tours de marche imposée dans la cour de la prison. Je pourrais presque croire à une largesse de ta part, si on n’avait pas tout évacué.
Ce n’est pas de mon fait, rassurez-vous, s’en amusa Junta, refusant par jeu le tutoiement. Les gens de la sécurité sont très tatillons sur les sujets vous concernant. Même moi, je n’ai pas le pouvoir d’empêcher la présence des gardes derrière nous, par exemple.
L’autre ne répondit pas, le regard perdu dans le vide spatial.
Junta la laissa profiter un peu du moment. Son appréciation sur la jeune pirate évoluait doucement. D’ennemi enragé, comme la décrivait la commandante Benkana, il découvrait petit à petit une personne fondamentalement comme les autres, subissant une réalité simplement plus rude. Peut-on vraiment considérer les Nordistes de l’Exode plus civilisés que les pirates ? Et cette Choupa, ne représentait-elle pas une sommité intellectuelle ?
Elle rompit le silence, demandant calmement :
Est-il prévu de me libérer, Vernek ?
Pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour du Conseil, j’en ai bien peur. Mais votre collaboration est suivie avec intérêt, sachez-le.
J’ai besoin de reprendre de l’exercice. L’action me manque.
Junta jeta un œil aux quatre soldats armés qui les surveillaient à quelques pas. Pas sûr que ces gaillards-là apprécient l’idée, sauf si…
 Peut-être que la garnison accepterait que vous participiez à ses entrainements ? Après tout, nous pourrions considérer cela comme une… formation à des techniques de combat nouvelles ! 
L’autre pouffa, croisant enfin le regard du responsable de ses geôliers.
Ce serait possible, sans doute. Et que dois-je offrir en échange ?
Comme vous y allez… gloussa le politicien : cette petite avait vraiment de la répartie. Je vous avoue ne pas y avoir pensé spécialement. Laissez-moi y réfléchir et poursuivons notre promenade, voulez-vous ?
Deux corvettes de Ragnvald, tirant le composant massif d’un compresseur, passèrent à proximité. Le sujet s’imposa de lui-même.
Dans nos entretiens, nous avons évoqué beaucoup de choses sur l’empire de Ragnvald, mais il ne s’agissait que d’informations tactiques ou fonctionnelles. Il y a un point plus large que j’aimerais aborder avec vous. Comment évalueriez-vous le rôle de cet empire… on dira dans l’équilibre de cette partie de l’univers ?
Navré de ne pas être plus précis. J’espère que vous me comprenez tout de même.
Je vois très bien ce que vous voulez savoir…
Elle s’arrêta à nouveau, plongeant ses mains dans les poches de son blouson, le seul vêtement pirate qu’elle a été autorisée à conserver. Face à cette baie vitrée, proche de la fin de la promenade, c’est sur un soupir qu’elle répondit à la question du politicien.
L’Empereur-Dieu était déjà présent bien avant l’arrivée des aventuriers qui sont devenus les premiers pirates. Il avait un rôle protecteur, permettant, sans trop rechigner, le ravitaillement de nos vaisseaux. Disons que nous avions une règle tacite qui court encore de nos jours : ne jamais attaquer une corvette ou un appareil portant la bannière de l’empire. Tous ceux qui l’ont fait ont été pourchassés et anéantis impitoyablement. Mais si des capsules de sauvetage atteignaient la lisière de l’espace de Ragnvald, même les poursuivants nalcoēhuals devaient abandonner et les laisser s’échapper.
Peut-on parler de neutralité ? Bizarre, de la part de Godheim, les rapports n’indiquaient pas cela, pourtant.
Pas « neutralité ». L’empire n’est pas neutre, il a un parti pris qui ne concerne que sa sphère d’influence. C’est pour cela que je vous avais décrit ces corvettes comme « étant à éviter », mais qu’il valait mieux tomber sur elles que sur… les autres.
Consciemment ou pas, elle sortit de sa poche une petite plaque en cuivre ornée du symbole de deux épées croisées sur un fusil. Elle était lustrée, visiblement vieille de plusieurs années et deux anneaux indiquaient qu’elle se portait habituellement en pendentif. C’était sans doute un blason familial, pensa Junta. Les pirates se regroupant par fratrie, où était donc celle de Choupa ?
Ces pirates, protégés dans leurs capsules par Ragnvald, vous en connaissez quelques-uns ? s’enquit prudemment son interlocuteur.
Je suis la dernière survivante de l’une d’entre elles. C’est pour cela que je me dois de venger les miens. Jamais je n’abandonnerai cette tâche, elle est et reste le but de mon existence. « C’est par le sang et la gloire que se forge un peuple, que la peur frappe nos ennemis : l’heure des Hommes est venue ».
Vernek n’insista pas, la voix tremblante de la jeune femme en disait long sur la haine qu’elle ressentait. Encore une pièce du puzzle qui s’ajustait. Il lui posa doucement la main sur l’épaule :
« Terminons notre promenade, il est temps de rentrer. Je verrai à arrondir les angles avec la sécurité. Vous aurez vos entrainements, faites-moi confiance. »
Il reconnut sans difficulté de la reconnaissance dans le regard qu’elle lui rendit.

*

Arlington ne cacha pas sa surprise devant le plan du politicien.
Franchement, Junta, je ne crois pas une seconde que les adorateurs de Godheim puissent orienter les plans de l’Empereur-Dieu de quelque sorte que ce soit ! Vous pourrez les dorloter autant que vous voudrez, il ne s’est associé à nous que parce que nous avons le Faiseur et qu’il ne pouvait nous intégrer tous sans y laisser des plumes. C’est un boa poilu… jamais ce genre d’animal ne s’acoquinera avec un troupeau de croasouris comme nous !
Et bien moi, j’y crois, insista un Vernek Junta soudain empli d’une certitude nouvelle. Nous avons encore des atouts en main ! Et si ce « Faiseur » a vraiment été découvert, alors c’est non pas d’une association de circonstances, mais d’une véritable alliance dont nous pouvons hériter, encore faut-il savoir s’y prendre. Colonel Sterling-Price, nous marchons effectivement sur des œufs, devons-nous pour autant ignorer les cartes que nous pouvons jouer ? Cajolons la bête tant que c’est possible. Elle s’en souviendra forcément le jour venu.
Le Conseil des commandants se termina ainsi, sur un statuquo bancal. Personne ne trouvait à redire à la rhétorique du politicien, mais tous se doutaient qu’il menait, d’une manière ou d’une autre, sa propre partition dans un concert prétendument commun.


Soutenez Reduniverse - Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: Coupie, JMJ, Adastria, Xélion: narration, DrWolf: arlington, Raoulito: Decembre/sterlingPrice, Istria: Choupa, Arthur: Junta, AnyaK: benkana Derush: Anya K., Montage: Mik180

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Merci à vous !

RedU com