Red Universe Tome 1 Chapitre 24 Episode 10 "Douche divine"

Ceinture de Pepapaltec.

Votre Majesté, que votre tâche soit accomplie selon le plan.
Ne t’inquiète pas pour cela, fidèle Artoc. Grâce à toi, le plus délicat est derrière nous. Je suis déj à à t’attendre au point de rencontre dans une de nos corvettes. Il te reste sept minutes pour activer la diversion : fais attention à toi, je te bénis pour tes efforts.
L’autre se rengorgea imperceptiblement sous le compliment puis, sur un hochement de tête, il disparut dans l’obscurité d’un corridor. Godheim ne s’inquiétait pas réellement sur les chances d’Artoc de passer au travers des mailles nalcoēhuales. La région de Pepapaltec était bien protégée au centre de Khabit et les services de sécurité n’y appliquaient pas les mesures paranoïaques réservées à la périphérie de la république ou aux zones troublées.
Six minutes et vingt secondes pour atteindre le lieu de destination. L’avatar saura s’y rendre sans difficulté, mais pas sous cette forme diffusée à tous les points de contrôle. S’abritant dans l’angle mort d’un recoin peu fréquenté, il activa le processus de métamorphose. Immédiatement, les rouages intimes de l’androïde se mirent à l’ouvrage, détachant ses pinces, assurant les modifications chimiques de sa peau, reproduisant une colonne vertébrale propre à la norme adulte. En une petite minute, le Huitlalcoh s’était transformé en une grande femelle mure aux traits connus de la plupart des Nalcoēhuals : la parlementaire Loxa.
Il s’agissait du résultat des dernières recherches en matière d’avatar, la capacité d’intégrer deux physionomies (jusqu’à quatre en fait, mais le processus demandait encore quelques améliorations et demeurait au stade expérimental) dans un corps semi-organique. Même les vêtements étaient reproduits à la perfection, le tissu glissait sur une peau qu’aucun instrument n’aurait pu reconnaitre comme synthétique.
L’avatar Loxa passa sans peine, et sans même être arrêté, les barrages montés en hâte à la suite de la découverte du cadavre du policier. Il ne lui restait que trente-sept secondes, si Artoc avait bien accompli sa mission, lorsqu’il se présenta à la porte de service des quartiers réservés. Si l’escadron protégeant l’endroit avait accès à la liste des personnalités présentes à l’intérieur, Godheim serait obligé d’agir en conséquence, mais il avait bon espoir que ce ne serait pas le cas.
L’officier le salua au garde-à-vous puis tendit la main pour recevoir le laissez-passer délivré par le parlement… que l’avatar Loxa ne possédait évidemment pas.
Un grondement lointain se répercuta alors le long de toutes les coursives de l’astéroïde, suivi d’une légère vibration du sol. Tandis que les alarmes hurlaient, les messages psychiques d’alerte fusèrent : une violente explosion venait d’endommager le spatioport, provoquant de multiples fuites d’air et la panique chez les voyageurs.
L’officier s’acquitta immédiatement, par réflexe, de la protection des personnalités dont il avait la charge et précipita « Loxa » vers ses quartiers sans s’arrêter aux formalités d’usage. Il lui intima même l’ordre de se dépêcher et de préparer une trousse de toilette en cas d’évacuation.
L’avatar-Loxa courut donc pour donner le change, croisant tel haut fonctionnaire affolé en sens inverse, tel binôme de soldats en pleine communication mentale ou... tels gardes du corps personnels de Loxa en faction devant l’entrée de son logement. Ce risque avait été préalablement établi, bien évidemment. Il prit sa voix la plus sèche, simulant un essoufflement.
« Il y a une alerte de niveau un... ... Appelez des renforts, je veux deux autres gardiens ici et vous... ... vous vous mettez à chaque intersection de ce couloir ! »
Les deux sentinelles ne réagirent pas immédiatement. Il fallait préciser que la synthèse vocale n’était pas parfaite, le dédoublement de physionomie ne permettant pas — encore — toutes les libertés, et surtout les deux Nalcoēhuals se demandaient bien comment Loxa avait pu sortir... sans qu’ils la remarquent. L’avatar Loxa, Godheim, insista, comptant sur l’effet de surprise, mais il calculait déjà les angles d’attaque pour neutraliser les deux hommes.
« Je vous ai dit de vous dépêcher ! Vous attendez quoi ? »
Un petit ajout psychique, histoire d’aider à la décision, et les deux gardes expédièrent les messages mentaux adéquats en se précipitant de chaque côté du corridor. La présence de deux cadavres devant la porte du logement aurait écourté la conversation qui devait suivre et cela aurait mécontenté l’Empereur-Dieu.
Il déchira la serrure du sas à deux mains et pénétra dans le spacieux appartement de la parlementaire. C’était une vaste suite répartie sur trois étages, chacun d’une surface proche de cent mètres carrés. L’avatar referma bien sûr derrière lui, bloquant sommairement l’ouverture pour en dissimuler l’effraction, et s’introduisit tranquillement dans l’intimité de la cheffe du mouvement « extrême haut ». Il laissa son regard parcourir les murs pour étudier tel tableau de grand militaire, tel ornement provenant d’une prise de guerre. Dans le salon au plafond surélevé, un recueil posé sur une petite table attira particulièrement son attention : les mémoires d’un survivant de Veora (l’ancien nom de MaterOne). Elles étaient retranscrites sur une forme de film en celluloïd rappelant vaguement l’antique papier de soie des Nalcoēhuals d’alors. La parlementaire cultivait donc autant un souvenir xénophobe du sabre et du goupillon que le gout de l’authentique. Intéressant, mais pas surprenant quand on connaissait l’orientation politique de « l’extrême haut ».
Il leva la tête vers les deux balcons qui dominaient la pièce où il se trouvait. Du dernier étage lui parvenait le son étouffé, et assez incongru, d’une... douche. De l’eau, une autre rareté par ici...
D’un cachet certain, le mobilier était résolument moderne, ne présentant que peu de matériaux antiques comme le recueil : les deux escaliers ou le bureau se limitaient au fonctionnel, par exemple. Par contre, arrivé à l’ultime palier, une surprise de taille attendait le visiteur. À travers le sommet d’un gigantesque bocal éclairé par toute une série de néons à la lumière chaude se découpait la cime d’une magnifique arécacée, plus connue sous le nom de palmier. Sa présence justifiait, à elle seule, la raison d’une telle hauteur pour la suite, chaque niveau proposant un accès à une partie de l’arbre.
L’avatar-Loxa de Godheim resta quelques secondes à méditer devant cette vie végétale perdue au cœur de l’océan métallique creusé dans cet astéroïde. Oui, indéniablement, Loxa cultivait la mémoire d’un passé révolu. Cela expliquait probablement beaucoup de choses.
La douche se poursuivait toujours, mais avec, cette fois, de nouveaux bruits bien plus précis. Apparemment, la politicienne n’était pas seule sous le jet d’eau chaude (enfin, que Godheim supposait chaude) et les grognements de plaisir d’une voix masculine traversaient la cloison.
« Grand bien leur fasse », se dit Godheim-Loxa.
Il n’était pas pressé et pouvait leur accorder encore quelques minutes. Son attention se reporta sur le palmier.
Lui aussi avait connu ces arbres majestueux sur ce que l’on appelait alors « la Terre ». Restait à savoir ce que ce spécimen faisait ici, dans la suite d’une parlementaire nalcoēhuale, au cœur du Cercle de Khabit.


Soutenez Reduniverse - Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: Coupie, JMJ, Adastria, Acteurs : Pjeriam: narration, lorendil: Artoc, Eloanne: Loxa et ED, Leto75: ED, Derush: Hadaria, Montage: Vincent

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Merci à vous !

RedU com