Red Universe Tome 1 Chapitre 24 Episode 11 "Bonjour, Dieu"

Fabio Ouli était installé sur la terrasse du grand café-bar de la Cité intérieure de Transporteur 7. Seule la voute traversée de quelques transports tubulaires s’étalait au-dessus de lui. Comme dans toutes les Cités de l’Exode, les commerces fleurissaient au gré des arrivages des approvisionnements aléatoires durant le périple. Ces derniers temps, les produits de Ragnvald s’affichaient au menu de tous les établissements, les enrichissant d’une manière inattendue, mais, après tout, «  dix-mille mondes » représentaient une diversité hors du commun.
Il ne lui avait fallu guère plus d’une quinzaine de minutes pour être à portée de l’esprit qu’il cherchait. Et quel esprit ! Plus il tournait autour de lui, moins il arrivait à en saisir le concept. Comment fonctionnait-il, comment pouvait-il fonctionner ? Godheim parlait de lui comme d’un dieu, en fait c’était une appellation par défaut, Fabio lui-même ne trouvait pas de parallèle possible.
Arrête-toi, saucisse ! lui avait simplement intimé une voix dans sa tête à quelques pas de la porte les séparant. Price va partir sur Transporteur 1 avec ta protégée mentale pour le Conseil des commandants. Installe-toi tranquillement dans un lieu calme et suis-les là-bas par l’esprit.
Qui êtes-vous vraiment et comment se fait-il que je ne vous aie jamais remarqué ? Et d’abord, comment passez-vous au travers de mes barrières mentales ?
Plus tard... Nous nous verrons bientôt, je te le promets, Passeur. D’ici là, fais ce que je te dis et tu ne le regretteras pas.

Fabio sirotait donc une eau minérale, dont la pureté prenait son origine dans les glaces d’une ceinture perdue à des millions d’années-lumière d’ici. Intéressant, cela lui avait tout de même couté quatre crédits, une petite fortune, même pour un exodé recevant régulièrement ses tickets de rationnement. Il posa le verre et ferma les paupières. Les Titans voletèrent autour de lui, lui prodiguant leur pouvoir, comme toujours.
Il s’était d’abord demandé s’il devait suivre quelque chose en particulier, un évènement, n’importe quoi. Puis, à la réflexion, le Faiseur étant « celui qui tourne la roue du Tout », peu importait. Fabio allait forcément découvrir la raison de sa présence ici, comme si cela avait été écrit à l’avance.
À plusieurs centaines de kilomètres de là, sur Transporteur 1, le Conseil s’était donc déroulé sans heurt excepté cette histoire d’ambassadeur. Qu’est ce que Godheim avait derrière la tête ? Ce vieux filou d’Arlington avait soulevé le lièvre, mais en l’absence de certitude contraire, l’idée semblait avoir ses avantages. Nous verrons bien...
Et, justement, Azala se déplaçait maintenant vers le spatioport du vaisseau avec Godheim, la Lakedaímōn et un ou deux gardes venus prêter mainforte pour les bagages. Fabio souriait en suivant les injonctions de la jeune femme :
Il est hors de question que je voyage dans un transport de Ragnvald, Empereur-Dieu. Vous n’êtes pas né de la dernière pluie et vous comprenez très bien la raison de mon choix.
Certes, Princesse. Pourtant, le trajet jusqu’au vaisseau nalcoēhual qui doit vous récupérer s’annoncerait plus long et nous devrions en alerter la parlementaire.
Et bien que cela soit fait au plus vite ! rétorqua-t-elle du tac au tac. Je ne vois pas en quoi ce petit retard vous incommoderait à ce point, n’êtes-vous pas parmi nous depuis des centaines et des centaines d’années ? Quelques jours ne sont qu’une respiration pour vous.
Melba ?
Oui, madame ?
Mon amie, je ne t’ai pas laissé le temps de te préparer. As-tu besoin d’une heure pour terminer tes valises ? Évite les armes lourdes, s’il te plait, c’est une mission diplomatique !
Mais non, Madame, je ne... Oh ! Et bien, maintenant que vous me le dites, il me faudrait... une petite heure, en effet. Mes... tenues protocolaires nécessitent un nettoyage rapide et... je dois également empaqueter quelques accessoires.
Azala se tourna vers Gandhi, celui-ci ne lui arrivait même pas au buste.
Une heure de plus, donc, Monsieur Empereur-Dieu. Vous m’en voyez fort marrie, j’espère que nous n’aurons pas à déplorer d’autres retards. Cela posera-t-il un problème à notre agenda ?
Non, princesse, répondit l’avatar dans un quasi-soupir (ce qui était inédit chez lui). J’envoie en ce moment un message à Ci’chi dans ce sens.
Je vous en remercie. L’ambassadeur de l’Exode se doit d’être irréprochable de ses atours et de ses attelages.
Il est vrai qu’Alexandre fit passer au fil de l’épée les habitants de Tyr pour avoir insulté ses ambassadeurs. Le métier mérite en effet respect, murmura un Gandhi que l’on imaginait penser à voix haute.
Un des sourcils d’Azala se releva, donnant à son visage en amande une expression dubitative. Les connaissances historiques de cet être dépassaient de loin les siennes, mais elle avait quelques cartouches en réserve.
« On a défini également l’ambassadeur comme un homme rusé, instruit et faux, envoyé aux nations étrangères pour mentir en faveur de la chose publique ». Cette fonction n’était pas connue comme resplendissante à toutes les époques, cher Godheim.
Denis Diderot ! réagit l’avatar en levant la tête vers elle, une réelle surprise dépeinte dans la voix. Les archives humaines ne sont donc pas toutes effacées ?
Elles étaient interdites à la population dans une certaine mesure, mais pas pour les membres de la famille royale. Cependant, un livre que vous connaissez peut-être me passionne sans discontinuer depuis des années : « De l’art de la guerre » par un ancien Souriant nommé...
Sun Tzu, compléta Godheim, visiblement inspiré. « L’espace n’est pas moins digne de notre attention que le temps ; étudions-le bien et nous aurons la connaissance du haut et du bas, du loin comme du près, du large et de l’étroit, de ce qui demeure et de ce qui ne fait que passer. » Vous êtes la culture même, princesse.
Merci, Empereur-Dieu. Cette centaine d’heures supplémentaires pourrait finalement s’écouler sans que nous nous en rendions compte, ne pensez-vous pas ?
Fabio ne manquait pas une virgule de la discussion, il pouvait suivre les raisonnements se construire dans l’esprit d’Azala et les arguments être piochés dans sa mémoire. Magnam IV l’avait bien éduquée et elle aurait pu changer la face de l’humanité si...
Soudain, un flash traversa les pensées de la jeune princesse. La révolution Castiks, Magnam, le détournement de l’avion qui la ramenait, le message de son père, Angilbe.
« ANGILBE EST DE SANG ROYAL ? »
hurla Fabio en se relevant brusquement. La table manqua de se renverser, mais seul le verre à moitié rempli de l’eau de Ragnvald glissa et se brisa sur le sol.
Le Mental blond se moquait éperdument des regards désapprobateurs étincelant tout autour de lui, poursuivant ce fil de la pelote des souvenirs d’Azala. Une servante nommée Mathilde, la décision de Lanéon II en personne, la famille du glorieux colonel Poféus acceptant sans broncher. Le dernier message de Magnam avait été pour sa fille, pour lui léguer le fardeau de la royauté (les Titans), le poids des tourments humains (la couronne) et le poids de ses errements : son demi-frère « Angilbe » du second prénom de Lanéon II.
C’était certainement cela que le Faiseur voulait que Fabio découvre. Quelle nouvelle, que de conséquences, encore maintenant, si cela était divulgué ! Le ministre de la Sécurité de la révolution Castiks, prétendant au trône. Poféus le savait-il au moins ? Il aurait pu jurer que non et il ne l’avait quasiment jamais quitté. Quand est-ce que le roi aurait pu avoir l’occasion de...
L’épisode de la cathédrale sous-marine lui apparut alors dans toute sa complexité et ses sous-entendus cachés. La vague des Titans détruisant tout à la demande du Passeur (SA demande), le souvenir honteux de la royauté au point de sceller ce... passage (?), Magnam qui mourrait dans des circonstances rapportées par le seul survivant : Angilbe.

C’est l’essence même d’un puzzle, cher Passeur, le ramena la voix du Faiseur au moment présent. On ne voit l’image complète qu’une fois les morceaux, apparemment sans lien, assemblés.
Mais il n’y a pourtant pas de relation directe entre Angilbe et les Titans ?
Reconnais que le contramiral et toi ne vous êtes pas économisés sur cette tâche. Mais non, en effet, pas encore de filiation entre les deux.
« Encore » ?
Tu verras bien. Maintenant que tu as vu ce qu’il y avait à voir, viens, mon petit Passeur, il est temps que toi et moi nous nous rencontrions, ne crois-tu pas ?
Fabio tira la grimace. Ce Faiseur décidait facilement pour les autres et cela lui rappelait beaucoup trop Godheim. Les dieux, et assimilés, avaient-ils tous la grosse tête ?
« Je n’aime pas qu’on me guide comme un poisson-pilote : vous auriez pu m’informer de cela par vous-même, sans me laisser jouer à ce petit jeu d’espionnage mental. Je vais peut-être me commander un nouveau verre d’eau galactique, qu’en pensez-vous ? Si l’Empereur-Dieu se doit d’être patient, vous aussi. »
L’autre gloussa, puis s’expliqua :
« Oh, tu sais, moi je veux bien que tu prennes ton temps. Par contre, un second verre sera difficile, tu n’as plus qu’un simple crédit dans ta poche.
Viens quand tu veux, maintenant que tu sais où me trouver. Moi, je vais faire un petit somme. À tout à l’heure. »
De frustration, Fabio en appela à ses pouvoirs et le patron se précipita pour lui offrir deux verres, aux frais de la maison.


Soutenez Reduniverse - Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture: Coupie, JMJ, Adastria, Acteurs : Xélion: narration, My-ëve: fabio & Faiseur, Elioza: Azala, Icaryon: Gandhi, Anna: Melba, Derush: Zizooo, Montage: Ceco

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/
Merci à vous !

RedU com